Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/12/2014

Plainte contre l’État Islamique:

 
 

 devant la Cour pénale internationale

 

 

Voici un communiqué de ce matin et reçu par courriel de la Coordination Chrétiens d’Orient en Danger (CHREDO).

 

 

 

Patrick Karam, président de la Coordination Chrétiens d’Orient en Danger (CHREDO), annonce qu’il a saisi mercredi 10 décembre, par l’intermédiaire de son conseil Maître Samia Maktouf, Avocat au Barreau de Paris et Conseil près la Cour pénale internationale (CPI), Mme Fatou Bensouda, procureur de la CPI, en demandant l’ouverture d’une enquête sur les exactions commises à l’encontre des minorités chrétiennes en Irak.

 

 

Ces exactions constituent des crimes de génocide et des crimes contre l’humanité, au sens du Statut de Rome qui gouverne l’action de la CPI.

 

 

La saisine de cette juridiction internationale est donc justifiée et a pour fondements des informations sérieuses sur des faits avérés.

 

Cette saisine remplit un objectif double : d’une part, faire cesser immédiatement ces crimes de génocide et crimes contre l’humanité, et d’autre part, de permettre, à l’issue d’une enquête menée par la CPI, de poursuivre et punir tous les auteurs de ces crimes, qu’ils y aient pris une part active ou aient apporté à ceux-ci leur soutien d’une quelconque façon, notamment en les finançant et en armant le groupe armé terroriste se faisant appeler « État islamique » et qui n’agit que dans l’inhumanité et la barbarie.

 

Pour rappel la CHREDO avait saisi début août le Conseil des Droits de l’Homme des Nations-Unies, son président et l’ensemble des États membres, demandant une commission d’enquête internationale sur les agissements des organisations terroristes, qui a été décidée le 1er septembre dernier sur saisine fin août de la France et de l’Irak.

 

 

- See more at: http://www.christianophobie.fr/communique/plainte-contre-letat-islamique-devant-la-cour-penale-internationale#sthash.qgRW4b0H.dpuf

 

10:32 Publié dans Ethique | Lien permanent | Commentaires (0)

17/10/2014

Gestation Pour Autrui.

 

 

Légalisation de la GPA :

quand l’Europe s’en mêle !

 

Comme nous le savons tous, la GPA est interdite en France (qui sait pour combien de temps encore ! ) et donc logiquement, le fait de faire concevoir un enfant par GPA à l’étranger puis de le ramener en France, constitue un délit. Or un problème subsiste : quel statut, quelle situation juridique est celle de ces enfants ? C’est ici qu’intervient la CEDH faisant fi des droits de l’enfants pour mieux exercer ceux des « hommes ». Plutôt que de lutter contre les fraudes à la loi sur la GPA, plutôt que de défendre la famille, l’éthique et la loi naturelle, l’Europe préfère condamner le refus de la France de reconnaître la filiation des enfants nés par mère porteuse à l’étranger. 

« Cette condamnation par la Cour européenne nous oblige, en quelque sorte, à «fermer les yeux» en cas de recours une GPA à l’étranger. Vous pouvez désormais aller tranquillement à l’étranger vous acheter un enfant, la Cour européenne vous assure le service après-vente. » ironise le Figaro.

Autrement dit : puisque la fraude est difficile à gérer, légalisons-la ! Bienvenue dans l’UE !

 

Marie de Remoncourt

10/10/2014

Entretien avec le Docteur Volff, président de l'ACPERVIE

 

Croix Huguenotte.gif

 

 

 

 

1) Pour quelles raisons avez-vous adhéré à

l'ACPERVIE?

 

 

 

 

J'avais écrit à tous les pasteurs de l'annuaire protestant (1979) pour …protester contre la déclaration de la FPF à la Grande Motte suivant laquelle le "projet de loi sur l'avortement est un signe de libération, d'espérance et d'amour".

Le pasteur Gillardin, de Paris, avait remis la lettre à Madame Lucie Olivier, membre de son église, qui était aussi secrétaire de l'association Laissez-les-Vivre. Elle m'exposa qu'elle rêvait d'une association protestante pouvant rétablir la vérité par rapport à l'Ecriture Sainte, et aussi annoncer la libération du péché (d'avortement) par Jésus-Christ seul. Pour moi, je voulais aller plus loin: fédérer tous les véritables protestants (sola fide, sola scriptura) dans une structure indépendante de la FPF, ce qui se fera finalement……en 2010, avec la création du CNEF (Conseil National des Evangéliques de France), issue de la réconciliation des Pentecôtistes et des Evangéliques.
Certains pasteurs ont répondu favorablement, et nous nous sommes retrouvés à une cinquantaine à l'église évangélique Arménienne,  pour voter les statuts de l'Acperv (Association des Chrétiens Protestants et Evangéliques pour le Respect de la Vie, qui deviendra Acpervie sur suggestion de Mme Odile Ludwig) et élire son Conseil d'administration. Le même jour, et avec les mêmes, nous avons fondé la COPEF (Confédération Protestante de France) dont le noyau était les chrétiens réformés confessants, avec le Pasteur Kayayan. Le premier président a été le pasteur Collardeau, de l'église luthérienne libre.
 

 

 

2) Quand en avez-vous assuré la présidence?

 

 

 

 

 C'est à l'Assemblée Générale de 1990, en l'église luthérienne St Jean (inspection de Paris), suite au retrait de Mme Olivier, éprouvée par la perte de son mari. J'étais avant trésorier et donc avais le regard sur tout.

 

 

 

3) A combien de femmes venez-vous en aide chaque année? 

 

 

 

 

Nous n'avons pas compté, car il y a des non-avortantes et même, le dernier appel, c'était une jeune maman qui cherchait à se loger, car son enfant était à l'assistance publique parce qu'elle était sans domicile fixe. Disons tout de même que les appels sont rares, et encore plus quand il s'agit d'une vraie détresse de femme enceinte. Néanmoins, il faut garder ce métier, car il a vocation d'être transféré dans chaque église ou groupe local d'églises, c'est là que le devoir d'égalité entre frères et soeurs et de bienfaisance avec nos prochaines peut le mieux s'exercer
 
 

 

4) Quelles sont vos relations avec les autres associations pro-vie? 

 

 

 

Elles ont diminué depuis que le collectif "En Marche pour la Vie", qui préparait la manifestation annuelle de Janvier, a été entièrement repris en mains par la principale association et en a donc perdu un certain nombre, démobilisées, dont l'Acpervie qui s'est recentrée sur les églises, ce qui est de toute façon sa mission. Mais nous continuons à échanger des informations. De même au niveau européen.
 
 

 

5) et avec les milieux protestants et Evangéliques?

 

 

 
Nos adhérents sont présents dans tous ces milieux. Nous sommes fiers d'avoir, à ce titre, apporté notre pierre au CNEF. Dans le CNEF, nous sommes actifs dans le Département "Missions" du Pôle Oeuvres, même si, pour plus de visibilité, nous allons gagner le Département "Ethique" dès qu'il sera constitué. En attendant, l'Acpervie est déléguée des "Missions" au comité d'animation du Pôle Oeuvres. Elle sera donc présente, non seulement au Centre Evangélique de Lognes, comme chaque année, mais aussi à la 2ème Convention du CNEF à Cergy, les 22 et 23 Janvier 2015.
 
 

 

6) Pourriez-vous donner les coordonnées de

l'ACPERVIE ? 

 

 

 

 

Acpervie-sos-maternité, BP 29,  95670, Marly-la-Ville. 01 34 72 87 67. www.acpervie-sos-maternite.org

 

 

 

 

page Facebook: Protestants pro Vie.
 
 
 

Service d'Aide aux Femmes Enceintes.

 

 

Informations et sensibilisation des églises au témoignage pour le respect de la Vie : conférences, stands, manifestations diverses...

 

 

                    LETTRE ACPERVIE:

 

 

                   EXPO VIE

 

 

                  MARCHE POUR LA VIE  :

 

 

 

                 PETITION contre l'EUGENISME :

 

 

 

              NON au financement public de l'avortement dans l'Union Européenne:

 

 

 

 

                      Pages Facebook: 

 

 

 

 Témoignage auprès des médias: Documents

"Expériences"

 

 

 

et des autorités: Lettre aux Députés Français 

 

 

 

 

 Et surtout la Prière: 

 

 

                         

      Prions pour les femmes enceintes en

difficulté,

 

 

 

     Prions pour l'enfant qu'elles portent,

 

 

 

     Prions pour la responsabilisation des pères,

 

 

 

     Prions pour la prise de conscience des églises et de la société civile,

 

 

 

     Prions pour les responsables des services d'aide aux femmes enceintes.

 

 

 

 

Croix Huguenotte.gif

 

 

Logo Identité Luthérienne.jpg

 

 

 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

10:13 Publié dans Ethique | Lien permanent | Commentaires (0)

02/05/2014

LIRE OTTO WEININGER, par Francis Venant *

 
 

Parmi les grands Viennois que nous avons évoqués, nul sans doute ne fut plus original qu’Otto Weininger. Né en 1880 dans une famille juive, converti au protestantisme – d’une conversion sincère dans laquelle il entraîna les siens –, il se suicida à l’âge de 23 ans, dans la maison où Beethoven était mort, après une dépression dont le caractère fut sans doute plus métaphysique que psychique ou pathologique.

 

Un an auparavant, il avait publié un livre étonnant et fascinant, Sexe et caractère, que l’on peut juger aussi profond que contestable, « scientifiquement parlant » – ce qui ne le discrédite pas forcément ! –, lequel livre rencontra un succès considérable dans les pays germaniques et au-delà. (Mais pas en France, où il ne fut traduit qu’en 1975.) Otto Weininger devint, plusieurs décennies durant, une figure mythique, qu’auréolait bien sûr sa fin tragique – non exceptionnelle à Vienne en ces temps-là cependant… Pour autant, ce succès ne fut pas que de mode. A preuve : Karl Kraus, Ludwig Wittgenstein et Stefan Zweig f assistèrent à son enterrement, et l’on trouve une trace prolongée de la pensée de Weininger chez le second. Freud affirma également la profondeur de sa pensée. De nos jours, l’œuvre est devenue « infréquentable » en raison de l’hostilité qu’elle manifestait à l’encontre des femmes et des Juifs, et seuls quelques initiés (en général germanistes) ou esprits libres s’y intéressent encore. Il reste que nombre de ses formules demeurent extrêmes. Mais comment les entendre ? – là est toute la question.

La recherche de l’absolu

Deux traits caractérisent la philosophie de l’existence de Weininger. D’une part, une exigence absolue de « génialité », c’est-à-dire d’originalité dans la recherche et l’accomplissement de soi. D’autre part, la conviction que l’individu doit sacrifier résolument sa part sensuelle faisant obstacle à la prépondérance désirable de l’esprit. Ce schéma, moral, est à l’évidence sinon d’inspiration kantienne du moins conforme au modèle anthropologique de la Critique de la raison pratique. « Vérité, pureté, fidélité, sincérité à l’égard de soi-même : c’est là la seule éthique pensable » écrivait en outre Weininger. Au-delà de la dépression signalée, le suicide apparaît alors comme une conséquence nécessaire, ou plutôt comme un devoir pour un individu qui, pénétré de telles idées, parviendrait à la conviction qu’il ne saurait s’élever au génie ou réaliser la moralité en se débarrassant, notamment, de la sexualité. Le caractère « romantique » d’une telle suppression de soi, faute de parvenir à une vie digne et supérieure, ne manque évidemment pas de frapper. On peut être tenté de l’admirer… On s’étonne cependant qu’un chrétien ait pu concevoir une telle pensée ; et l’on se dit que l’atmosphère « décadente » qui présidait au vieil Empire devait y être pour quelque chose…

Faits ou « types » ?

La pensée de Weininger apparaît moins « problématique » si on ne l’appréhende pas comme une description tronquée ou déformée de la réalité, perçue à travers des préjugés « sexistes », mais comme constitutive de modèles ou de types « platoniciens » que cette réalité n’incarne que partiellement. Et c’est d’ailleurs ce qu’il déclare formellement : « La seule voie qui conduise à pouvoir étudier, dans sa réalité, toute opposition de sexe est la reconnaissance du fait que l’homme et la femme ne sont concevables que comme types, et que les hommes et les femmes réels, considérés dans tout ce que leur réalité a de déroutant et qui ne cessera de réalimenter toujours les mêmes controverses, ne sont qu’une composition de ces deux types. » Et pour ce qui est des Juifs, il écrivait : « Lorsque je parle du Juif, je ne veux pas parler d’un type d’homme particulier, mais de l’homme en général en tant qu’il participe de l’idée platonicienne de la judéité. » Ayons donc garde de voir dans la définition des principes masculin et du féminin une annonce de la « théorie du genre » visant à effacer leurs frontières… Loin d’être pour Weininger des créations de la seule culture, la « masculin » et le « féminin », même s’ils ne sont pas exclusifs dans un individu, se donnent bien pour des facteurs agissants et non dérivés ou illusoires. Et, sous ce premier rapport, la théorie weiningerienne se donnerait plutôt comme une antidote à ladite théorie… Il reste que la femme « empirique » étant toujours pour l’homme une tentation, sa rédemption – ou « émancipation » véritable – consisterait pour elle à renoncer à séduire… Et il y a là, sous ce second rapport, un vrai problème d’éducation, affirme Weininger : « Il faut enlever à la femme l’éducation de la femme et ENLEVER À LA MÈRE L’ÉDUCATION DE L’HUMANITÉ. Ce serait la première chose à faire pour mettre la femme au service de l’idée d’humanité, qu’elle a jusqu’ici plus que personne empêchée de se réaliser. » En effet, « le dernier moyen de toute pédagogie maternelle est de menacer la fille rebelle de ne pas trouver de mari. » Un programme dont Weininger note cependant qu’il n’a à peu près aucune chance de se réaliser, ce dont tout mâle non kantien aura tout lieu de se féliciter…

 

* Francis Venant  rédacteur à L’Action Française.

 

09:58 Publié dans Ethique | Lien permanent | Commentaires (0)

20/12/2013

LA QUESTION HOMOSEXUELLE.

 

 

 Au regard du débat ouvert par l'Eglise Catholique, pour la défense de la famille et contre l'avortement, en tant que Pasteur Luthérien conservateur (traditionaliste), je ne peux que réaffirmer mon opposition à l'homosexualité et au mariage gay. En cela, je ne fais que donner ma position, dans le respect de toutes les opinions. Je ne prétends imposer la mienne à qui que ce soit. Comment justifier ma démarche, si ce n'est en m'appuyant sur la Bible (libre à chacun de penser ce qu'il veut à ce sujet), pour les Ecritures Saintes l'homosexualité n'est pas une affaire privée, mais un péché, un affront à Dieu, qui a demandé à Adam et Eve de "se multiplier" et de "remplir la terre" (Genèse 1.28).

L'épisode de Sodome et Gomorrhe montre que Dieu considère l'homosexualité comme un péché si grave qu'il en détruisit ces villes (Genèse 19.1-29). A quoi fait écho "Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme. C'est une horrible pratique." (Lévitique 18.22). L'apôtre Paul ajoute "ni les débauchés, ni les dépravés, ni les homosexuels n'hériteront du royaume de Dieu" (1 Corinthiens 6.9-10).

Les psychologues Elisabeth Moberly et Joseph Nicolosi contestent l'argument selon lequel le comportement homosexuel est déterminé par des facteurs biologiques et génétiques. Pour eux, l'homosexualité est le résultat d'une "sur-identification" à la mère, due à l'absence physique ou morale du père, dans les relations parents/enfants vécues dans la petite enfance. Le lesbianisme résulterait principalement d'abus sexuels ou de l'incapacité d'une mère à jouer son rôle. Ces psychologues vont jusqu'à affirmer que l'homosexualité peut se guérir par un programme de thérapie réparatrice.

Ces hypothèses sont à vérifier. En les exposant, je n'ai voulu que donner un point de vue, dans ce grand enjeu moral et national.

 

Pasteur  Blanchard

 

                                                       

10:42 Publié dans Ethique | Lien permanent | Commentaires (0)