Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2019

Violentes attaques antichrétiennes d’islamistes au Cameroun:

 

 

 

cameroon-burnt-house-4x3-770x308.jpg

 

 

Des groupes importants de militants qu’on estime être de Boko Haram, ont attaqué, le 24 janvier dernier, deux villages majoritaitement chrétiens dans le nord du pays : Gochi et Toufou. Les raids ont été déclenchés au milieu de la nuit, et les assaillants étaient si nombreux que que les soldats gouvernementaux affectés à la garde des villages ont dû fuir. Selon des informations reçues par Barnabas Fund, quelque 190 maisons ont été détruites, 4 églises pillées, des têtes de bétail abattues, une hôpital chrétien incendié… L’attaque contre Gochi et Toufou est la quatrième menée par des islamistes en quatre semaines… Les précédentes avaient causé la mort de 3 villageois chrétiens.

 

Source : Barnabas Fund

 

12/02/2019

Marks & Spencer se soumet aux délires d’extrémistes musulmans:

 

 

 

 

 

 

Horrifiée, une jeune femme montre à la caméra des rouleaux de papier toilette vendus par les magasins Marks & Spencer. C’est affreux, le nom d’Allah est inscrit en relief dans le gaufrage du produit. La plaignante zoome sur l’objet du délit. Effectivement, il y a des motifs… Des pointillés pour faire joli. « Le nom de Dieu est ici ! Regardez ! » Ah, bon. Dans un éclair de lucidité, la reporter « spécial PQ » concède que l’inscription ne saute pas aux yeux… « Effectivement, sur certaines vidéos, peut-être que c’est pas clair, peut-être que là non plus ». Mais il faut penser au consommateur musulman qui se rend aux toilettes muni d’un microscope électronique. Il y en a.

 

 

 

La nouvelle fait le tour de la sphère « coupeurs-de-cheveux-en-quatre » en Angleterre et en France. La Fédération des collectionneurs de papiers hygiéniques fantaisie s’indigne. Les dames pipi voilées sont scandalisées alors que dans le Pas-de-Calais, on signale un consommateur musulman qui aurait été happé par sa chasse d’eau après s’être servi du produit. La punition divine. Il fallait s’y attendre.

 

 

 

Devant les protestations, ni une, ni deux : Marks & Spencer France retire le papier toilette de ses rayons non sans avoir expliqué, preuve à l’appui, que le dessin incriminé représentait une plante d’aloe vera. La clientèle en question pourrait penser qu’il y a du porc dans l’aloe vera… L’accusé s’inflige une punition pour une faute qu’il n’a pas commise. Soumission, Houellebecq, allée B, 3étage.

 

 

 

En 1997, Nike USA retirait de la vente 38.000 paires de baskets portant un logo « offensant », plus récemment H&M bannissait une série de chaussettes supposées receler le mot « Allah » écrit à l’envers et il y a une semaine, Amazon supprimait des housses de toilettes pour des raisons similaires… Doléances infinies. Puits sans fond. Interdictions de toutes parts… Pendant ce temps-là, les magasins Lidl effaçaient des croix orthodoxes des emballages de spécialités grecques. Soumission, Houellebecq, en vente partout à prix discount.

 

 

 

Le gag final revient à la jeune fille de la vidéo qui, au moment de son tournage, a menacé d’aller se plaindre au siège. Après observation au microscope, aucune trace de sens du ridicule n’a été détectée chez cette personne.

 
 

 

 

05/02/2019

Rohingyas, la piqûre de rappel islamiste et mondialiste:

 

 

 

 

800px-Rohingyas_protesting_repatriation_Jafor_Islam-VOA.jpg

 

 

 

 

 

 

Depuis 2017, « la » communauté internationale et « les » médias appellent notre attention sur les Rohingyas, minorité musulmane du Myanmar (majoritaire dans l’ouest de sa province du Rakhine, en Birmanie) descendant de la main-d’œuvre importée par le colonisateur britannique. Lorsque l’attention faiblit, une piqûre de rappel est effectuée. La dernière en date : sous la pression de l’Organisation de la coopération islamique, le Conseil des droits de l’homme incite de nouveau l’ONU à enquêter sur ce « nettoyage ethnique » et ce « génocide », tandis que la Cour pénale internationale se déclare compétente pour juger de la « déportation » (?) du « peuple rohingya ».

 

 

 

Dans un monde où les conflits et les désastres humanitaires qui les accompagnent sont légion, il est utile de s’interroger sur les raisons d’une telle constance, qui prend l’allure d’un acharnement contre le gouvernement du Myanmar.

 

 

 

Deux motifs apparaissent clairement : le premier sert la cause de l’islam ; le second sert la cause du mondialisme.

 

 

 

La focalisation sur l’exil chaotique de 700.000 musulmans fournit l’occasion unique d’une inversion de l’image négative de l’islam : de persécuteur, l’islam devient persécuté ; au prix d’une série d’autres inversions, dont le fait que la rébellion rohingya serait une réponse à la répression des forces de sécurité alors que les attaques islamistes de 2016 et 2017 (et de 1978, 1991, 1992) sont bien à l’origine de cette répression.

 

 

 

 

D’autre part, le Myanmar semble réunir toutes les conditions pour une expérience mondialiste : près d’un demi-siècle de dictature militaire (1962-2011) ; deux révolutions écrasées (1988, 2007) ; un retour progressif à la démocratie sous l’effet d’une forte pression intérieure et extérieure (depuis 2011) ; une figure féminine charismatique (Aung San Suu Kyi), modérée et « mondialisée » (prix Nobel de la paix 1991) ; une élite que l’on pouvait estimer assoiffée de liberté et donc ouverte aux solutions libérales occidentales ; une population majoritairement bouddhiste et donc imaginée comme paisible, voire passive ; une mosaïque d’ethnies aux identités fortes semblant exiger des solutions multiculturalistes ; une minorité musulmane permettant de démontrer les vertus du « vivre ensemble » ; et enfin l’omniprésence, sous la forme des agences de l’ONU et des ONG, de la « communauté internationale ».

 

 

 

Ces deux motifs se rejoignent en cela qu’ils reposent sur de multiples déformations de la réalité et, focalisés sur « la » morale et « les droits de l’homme », font mine d’ignorer les véritables enjeux : territorial (les districts occupés majoritairement par les Rohingyas sont limitrophes du Bangladesh musulman), sécuritaire (l’existence d’une guérilla djihadiste manipulée et d’une mafia rohingya de la méthamphétamine), économique (d’immenses réserves de gaz naturel et de pétrole), géostratégique (pour la Chine, l’évitement du détroit de Malacca et du contournement de l’Asie du Sud-Est), ethnique et identitaire arakanais (habitants originels victimes du « Grand Remplacement » opéré par la colonisation britannique) et birman (population majoritaire marginalisée sous la colonisation au profit des Indiens et des Bengalis importés), historique et religieux (la Birmanie, nation majoritairement bouddhiste, est celle qui bloqua l’avancée de l’islam en Asie), social et culturel (poussée du communautarisme musulman, financé par des fondamentalismes étrangers, comme la Malaisie et l’Arabie)…

 

 

 

Ces deux motifs diffèrent en cela que la construction de l’image d’une « minorité persécutée en raison de sa foi » a, hélas, largement réussi ; et que la stratégie mondialiste a, heureusement, largement échoué, la population du Myanmar comme ses dirigeants rejetant vigoureusement tout ce qui est contraire à ses intérêts et résistant pied à pied aux tentatives mondialistes d’ingérence.

 

27/11/2018

Une église protestante attaquée en Uttar Pradesh.

 

 

 

varanasi-st-thomas-church-770x308.jpg

 

 

Le 2 octobre dernier, une soixantaine d’extrémistes hindous de l’Hindi Yuva Shakti Sangathan ont attaqué l’église protestante Saint-Thomas de Varanasi (Uttar Pradesh). Ils ont vandalisé le site, commis des agressions physiques à l’intérieur de l’église et menacé le pasteur de nouvelles violences s’il ne mettait pas fin aux “conversions forcées”. L’accusation de “conversions forcées” portée contre des chrétiens en Inde est de la même eau que celle de “blasphème”’ au Pakistan : des accusations sans substance mais propres à terroriser les chrétiens. L’église Saint-Thomas existe depuis plus de deux siècles et n’a, évidemment, jamais pratiqué de “conversions forcées”…

 

 

Source : AsiaNews

 

20/11/2018

Anéantir le christianisme en Europe :

 

 

 

 Le but de beaucoup de “réfugiés” musulmans

 

 

islamistes-en-allemagne-770x308.jpg

 

 

 

 

Paul – c’est un nom d’emprunt – est un Syrien réfugié en Allemagne avec son épouse, depuis trois ans. Il est psychologue et informaticien qui, à ce dernier titre, a travaillé pour la municipalité d’une grand ville de Syrie. Arrivé en Allemagne, sa connaissance fine de la langue anglaise lui a permis de travailler comme traducteur et interprète auprès du Bundesamt für Migration und Flüchtlinge (BAMF), l’agence fédérale pour la migration et les réfugiés. C’est en anglais qu’il a répondu aux questions du journaliste Giovanni Deriu, dans un entretien qui a été publié dans le Tychis Einblickmagazine libéral-conservateur allemand, le 1er octobre dernier. En voici quelques extraits fort instructifs…

 

 

 

 

La plupart de ces réfugiés ne sont pas venus en Europe en général et en Allemagne en particulier, parce que leurs vies étaient menacées, parce qu’ils étaient supprimés, persécutés, opprimés du fait d’une discrimination raciale ou religieuse : c’est tout le contraire. Ils sont venus ici pour différentes raisons mais pas nécessairement pour rechercher la sécurité et la protection […] Ce n’est un secret pour personne que la plupart des réfugiés sont des musulmans sunnites. Ils font un calcul simple : ils sont convaincus que la situation ici va changer complètement dans deux ou trois décennies, et qu’elle les favorisera […] La première raison [de leur venue en Europe] est clairement religieuse […] Ils sont venus en Allemagne avec la certitude absolue que telle est la volonté de leur dieu, le seul dieu (Allah), le dieu musulman, car ils considèrent que la religion de dieu c’est l’islam, et que toutes les [adeptes des] autres religions sont infidèles et méritent d’être tuées. Ils sont convaincus qu’ils ont le mandat de répandre leur foi, l’islam, en Europe, et d’ouvrir en grand les portes ce qui est à peine nécessaire puisque les portes sont déjà grandes ouvertes. Et au plus haut point, selon leur échelle d’importance, ce sera la prise du Vatican pour voir flotter, sur le dôme de la basilique Saint-Pierre, le drapeau de l’islam, et l’anéantissement tout ce qui rappelle les chrétiens ou le christianisme.

 

 

Source : Tychis Einblick