Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/01/2019

Église confessionnelle luthérienne-Norvège:

 

 

 

L 3.jpg

 

 

 

Den Lutherske Bekjennelseskirke, l'église confessionnelle luthérienne en Norvège, a vu le jour en 1978. Un groupe de croyants était de plus en plus troublé par la situation dans leur église nationale, luthérienne de nom, une église populaire qui tolérait les enseignements et pratiques non bibliques. Combien de temps pourraient-ils rester membres là-bas? Que devraient-ils faire?Où pourraient-ils aller? L'aide provenait du pays voisin, la Suède, où une église confessionnelle luthérienne avait été fondée en 1974. Grâce à l'Institut Biblique pour la recherche biblique et à son directeur, le Dr Seth Erlandsson, les Norvégiens furent grandement renforcés. Ils ont reçu une instruction solide dans de nombreuses vérités bibliques importantes, telles que la doctrine de la justification par la seule grâce, et les principes de la communion ecclésiale.

 

 

 

 

Deux nouvelles congrégations ont été fondées à Avaldsnes et Stavanger sur la côte sud-ouest de la Norvège. Dès le début, ils étaient membres de l'Église confessionnelle luthérienne centrée en Suède (qui avait également des membres en Finlande). Cependant, depuis 2009, les congrégations norvégiennes ont été organisées en tant qu'organe indépendant de l'église norvégienne tout en maintenant des liens étroits avec les églises sœurs en Suède et en Finlande.

 

 

 

 

Les membres de l'Église confessionnelle luthérienne de Norvège se réunissent régulièrement pour des services religieux, des études bibliques pour jeunes et moins jeunes, des cours de confirmation et des chants de choeur. Dans tout ce que nous faisons, nous voulons nous concentrer sur l'Évangile de Jésus-Christ et le salut qu'il a gagné pour tous les peuples. Nous invitons tout le monde à venir entendre le merveilleux message de Dieu, qui nous a été donné par son mot verbalement inspiré, inerrant et autoritaire. L'église publie son propre magazine, Bibel og Bekjennelse (Bible et Confession), qui est également lu par de nombreux non-membres, ainsi que d'autres documents imprimés, des livres et des brochures en langue norvégienne.

 

 

 

L 1.png

 

 

 

 

 

 

 

15/01/2019

Vietnam :

 

 

 

 

 Pasteur emprisonné privé de soins médicaux:

 

 

 

 

Le pasteur Nguyen Trung Ton, âgé de 46 ans, fait partie d’un groupe de quatre militants de l’association Fraternité pour la démocratie, condamnés à de lourdes peines de prison ferme le 5 avril 2018 pour « tentatives de renverser l’administration du peuple ». Le pasteur, qui fut président de cette association évidemment non reconnue par le pouvoir communiste, a écopé de 12 années d’emprisonnement dans le camp d’internement et de travail de Gia Trung – hauts plateaux au centre du Vietnam. Il s’y trouve en très mauvais état et sa santé se détériore. Il souffre d’insuffisance rénale, d’une infection bactérienne, d’insomnies et de déchirures des ligaments, ces dernières étant dues à un passage à tabac par des inconnus en février 2017. Il ne reçoit aucun soin : l’administration du camp refuse son hospitalisation et toute visite d’un médecin. Non seulement aucun médicament ne lui est fourni, mais ceux que sa famille lui fait parvenir son systématiquement retournés à l’envoyeur…

 

 

jugement-vietnam-770x308.png

 

 

 

Source : UCAN India

 

 

 

 

04/01/2019

Les béatitudes au fil des jours :

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienheureux  ceux qui savent rire d’eux même ils n’ont pas fini de s’amuser !

 

 

Bienheureux ceux qui savent se taire et écouter ils apprendront des choses nouvelles !

 

 

Bienheureux ceux qui savent distinguer une montagne d’une taupinière il leur sera épargné bien des tracas !

 

 

Bienheureux ceux qui sont assez intelligents pour ne pas se prendre au sérieux, ils seront appréciés de leur entourage.

 

 

Bienheureux ceux qui savent regarder sérieusement les petites choses et paisiblement les choses sérieuses ils iront loin dans la vie.

 

 

Bienheureux ceux qui savent admirer un sourire et oublier une grimace, leur route sera ensoleillé.

 

 

Bienheureux ceux qui pensent avant d’agir et qui prient avant de penser, ils éviteront bien des bêtises.

 

 

Bienheureux surtout, vous qui savez reconnaître le Seigneur en tous ceux que vous rencontrez, vous avez trouvé la vraie lumière, vous avez trouvez le véritable Seigneur.

 

 

 

09/11/2018

John Nelson Darby :

 

 

 

 

J N Darby 1.jpg

 

 

 

John Nelson Darby (1800-1882) est né à Londres dans une famille influente ; il eut pour parrain l’amiral Nelson. Dès l’âge de 15 ans il fut admis à l’Université de la Trinité à Dublin où il étudie le droit et obtient très jeune la médaille d’or de Classique. Il se destinait à la carrière d’avocat, mais il se convertit à 18 ans et abandonna cette voie pour devenir pasteur de l’Église Anglicane.

 

 

 

La notion d’église d’état et ce lien étroit entre le pouvoir temporel et le pouvoir religieux ne satisfaisaient pas Darby. En 1828 il rencontre à Dublin d’autres jeunes croyants.

 

 

 

À la même époque de nombreux chrétiens n’étaient pas satisfaits du ritualisme des églises officielles et cherchaient une autre manière de servir Dieu. Par conséquent des églises ou assemblées indépendantes se formaient un peu partout dans le monde occidental. Quand les enseignements de M. Darby se répandirent, beaucoup de ces assemblées se joignirent à lui. Ces chrétiens n’acceptaient pas d’autre nom que celui de « frères », et furent bientôt connus sous le nom de Frères de Plymouth.

 

 

 

M. Darby vint une première fois à Paris en 1830 à la demande du pasteur Frédéric Monod, puis visita régulièrement la France à partir de 1841. Quelques années plus tard on comptait dans ce pays plus de 150 assemblées faisant partie de cette communauté principalement dans la vallée du Rhône au sud de Lyon, et débordant sur le Plateau de Haute-Loire en limite de l’Ardèche, ainsi que dans l’Est et le Sud-ouest de la France.

 

 

 

C’est dans cette dernière région, à Pau, qu’il traduisit, avec quelques autres érudits, la Bible en français, en anglais et en allemand à partir des textes originaux hébreux, araméens et grecs. C’était un évangéliste infatigable ; il visita non seulement différents pays d’Europe mais aussi plusieurs fois l’Amérique, et à 75 ans il embarqua pour la Nouvelle Zélande et l’Australie. Il est décédé âgé de 81 ans à Bournemouth, dans le sud de l’Angleterre.

 

 

 

Son œuvre écrite est immense. En anglais 34 volumes de « Collected Writings », 7 volumes de « Notes and Comments on the Scriptures », ainsi que des poèmes exquis. En français les « Études sur la Parole » couvrant la Bible toute entière. De plus on a recueilli et publié de lui des centaines de lettres écrites en anglais et plus de 450 écrites en français.

 

 

 

Les universités reconnaissent la qualité de ses écrits et les utilisent dans le cadre de leurs études.

 

 

 

J N Darby 2.jpg

 

19/10/2018

Scofield Bible de référence:

 

 

 

 

 
 
 
 
Couverture d'une édition de 1917 de la Bible Scofield présentée en cadeau en 1941.
 
 

La Scofield Reference Bible est une Bible d'étude largement diffusée, éditée et annotée par l'étudiant américain de la Bible Cyrus I. Scofield , qui a popularisé le dispensationalisme au début du 20ème siècle. Publié par Oxford University Press et contenant le texte intégral de la version traditionnelle, King James Protestant , il est apparu en 1909 et a été révisé par l'auteur en 1917. [1]

 

 

Caractéristiques et héritage :

 

 

 

 
 
 
Scofield Reference Bible, page 1115. Cette page inclut la note de Scofield sur Jean 1:17, que certains ont interprétée comme signifiant que Scofield croyait en deux moyens de salut.
 
 

La Bible Scofield avait plusieurs caractéristiques innovantes. Plus important, il a imprimé ce qui équivalait à un commentaire sur le texte biblique à côté de la Bible au lieu d'un volume séparé, le premier à le faire depuis la Bible de Genève (1560). [2] Il contenait également un système de références croisées qui reliait les versets de l'Ecriture et permettait à un lecteur de suivre des thèmes bibliques d'un chapitre et d'un livre à l'autre (ce que l'on appelle les «références en chaîne»). Enfin, l'édition de 1917 a également tenté de dater des événements de la Bible. C'est dans les pages de la Bible de référence de Scofield que de nombreux chrétiens ont d'abord rencontré le calcul de la date de la création de l' archevêque James Ussher en 4004 av. et à travers la discussion des notes de Scofield, qui préconisaient la « théorie de l'écart», les fondamentalistes ont entamé un sérieux débat interne sur la nature et la chronologie de la création . [3]

 

 

La Bible de Scofield a été publiée seulement quelques années avant la Première Guerre mondiale , une guerre qui a détruit l'optimisme culturel qui avait vu le monde comme entrant dans une nouvelle ère de paix et de prospérité; puis l'après- Seconde Guerre mondiale a vu la création en Israël d'une patrie pour les Juifs . Ainsi, le prémillénarisme de Scofield semblait prophétique. "Au niveau populaire, en particulier, beaucoup de gens sont venus à considérer le schéma dispensationaliste comme complètement justifié." [4] Les ventes de la Bible de référence ont dépassé deux millions d'exemplaires à la fin de la Seconde Guerre mondiale. [5] La Scofield Reference Bible a promu le dispensationalisme , la croyance qu'entre la création et le jugement final il y aurait sept époques distinctes de la relation de Dieu avec l'homme et que ces époques sont un cadre pour synthétiser le message de la Bible. [6] C'est en grande partie grâce à l'influence des notes de Scofield que le dispensationalisme a gagné en influence parmi les chrétiens fondamentalistes aux États-Unis. Les notes de Scofield sur le Livre de l'Apocalypse sont une source majeure pour les divers calendriers, jugements et plaies élaborés par des écrivains religieux populaires tels que Hal Lindsey , Edgar C. Whisenant et Tim LaHaye ; [7] et en partie à cause du succès de la Scofield Reference Bible, les fondamentalistes américains du vingtième siècle ont mis davantage l'accent sur la spéculation eschatologique . Les adversaires du fondamentalisme biblique ont critiqué la Bible de Scofield pour son air d'autorité totale dans l'interprétation biblique, pour ce qu'ils considèrent comme son glissement des contradictions bibliques, et pour son accent mis sur l'eschatologie. [8]

 

 

Les notes bibliques Scofield Reference de 1917 sont maintenant dans le domaine public , et la Bible est «toujours la meilleure édition de la Bible de Scofield» au Royaume-Uni et en Irlande. [9] En 1967, Oxford University Press a publié une révision de la Bible de Scofield avec un texte de KJV légèrement modernisé, et un muting de certains des principes de la théologie de Scofield. [10] Les éditions récentes de la Bible d'étude de KJV Scofield ont déplacé les changements textuels faits en 1967 à la marge. [11] La presse continue à publier des éditions sous le titre Oxford Scofield Study Bible , et il y a des traductions en français, allemand, espagnol et portugais. Par exemple, l'édition française publiée par la Société biblique de Genève est imprimée avec une version révisée de la traduction de Louis Segond qui comprend des notes supplémentaires d'un comité francophone. [12] Au 21ème siècle, Oxford University Press a publié des notes de Scofield pour accompagner six traductions anglaises supplémentaires. [13]

 

 

Références :

 

 

  1. Jump up^ La page de titre énumérait sept «éditeurs de consultation»: Henry G. Weston, James M. Gris , WJ Erdman , AT Pierson , WG Moorehead, Elmore Harris et AC Gaebelein . "Le rôle que ces éditeurs ont joué dans le projet a fait l'objet de débats: apparemment, Scofield ne voulait que reconnaître leur aide, même si certains ont spéculé qu'il espérait obtenir un soutien pour sa publication des deux côtés du mouvement millénariste. dispositif." Ernest Sandeen, Les racines du fondamentalisme: le millénarisme britannique et américain, 1800-1930 (Chicago: University of Chicago Press, 1970), 224.
  2. Jump up^ Gordon Campbell, Bible: L'histoire de la version King James, 1611-2011 (Oxford University Press, 2010), 26. La Bible Scofield était le prédécesseur de la «tendance marketing très réussie» d'orienter les outils d'étude biblique pour les laïcs moyens. Mangum & Sweetnam, 172.
  3. Jump up^ Les dates d'Ussher et la théorie d'écart ne sont pas complètement congruentes les unes avec les autres, les dates d'Ussher impliquant une jeune terre , et le "fossé" entre les deux premiers vers de la Genèse - aussi bien que l'allocation de Scofield de la théorie la possibilité d'une vieille terre . Mangum & Sweetnam, 97.
  4. Jump up^ Mangum & Sweetnam, 179.
  5. Jump up^ Gaebelein, 11.
  6. Jump up^ Magnum et Sweetnam, 188-195. Historiquement parlant, la Scofield Reference Bible était au dispensationalisme ce que les quatre-vingt-quinze thèses de Luther étaient au luthéranisme , ou ce que les instituts de Calvin étaient au calvinisme . (195).
  7. Jump up^ Mangum & Sweetnam, 218.
  8. Jump up^ Bruce Bawer, Voler Jésus: Comment le fondamentalisme trahit le christianisme (New York: Three Rivers Press, 1997).
  9. Jump up^ Mangum & Sweetnam, 201. Le texte de King James Version reste sous copyright de la Couronne .
  10. Jump up^ Mangum & Sweetnam, 201. "La popularité continue des billets de 1917 peut refléter la préférence des acheteurs pour le Scofield original et à pleine puissance ." Mangum & Sweetnam suggèrent que la popularité de l'édition de 1917 pourrait également refléter un engagement fort envers la traduction de la version anglaise de la KJV. Scofield a été accusé de promouvoir "deux voies de salut" avec une dispense d'œuvres avant la mort et la résurrection du Christ et une dispense de la grâce après. Dans la révision de 1967, la note de Scofield sur John 1:17 "a été réécrite, et semblait maintenant dire le contraire de l'original de Scofield." Gordon Campbell, Bible: L'histoire de la version King James, 1611-2011(Oxford University Press, 2010), 246-47.
  11. Jump up^ Éditeurs (2003). "La Bible Scofield étude III, KJV: Comment utiliser cette étude de la Bible" . . Récupéré le 2015-12-10 .
  12. Jump up^ Mangum & Sweetnam, 202-03. Certaines de ces notes sont également apparues en coréen et en polynésien.
  13. Jump up^ Campbell, Bible , 248.

 

 

 

  • Arno C. Gaebelein , L'histoire de la Bible de Référence de Scofield (Our Hope Publications, 1943)
  • William E. Cox, Pourquoi j'ai quitté Scofieldism (Phillipsburg, NJ: Presbyterian et Reformed Publishing Co., [199-?]) ISBN 0-87552-154-1
  • R. Todd Mangum et Mark S. Sweetnam, La Bible de Scofield: son histoire et son impact sur l'Église évangélique (Colorado Springs: Paternoster Publishing, 2009)

 

Liens externe:

  • Texte consultable de la version 1917 des notes de référence de Scofield Reference Bible .