Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/02/2017

Liberté d’expression : deux chrétiens évangéliques relaxés en appel

cnef.png


 
 

 

J’avais évoqué ici, le 6 novembre de l’année dernière, comment la liberté des chrétiens était bafouée en France, à partir d’un article d’InfoChrétienne qui en signalait plusieurs cas et notamment celui de deux chrétiens évangéliques condamnés, en première instance, le 2 novembre précédent. Dans un communiqué daté d’hier, le Conseil national des Évangéliques de France (CNEF) nous apprend que la Cour d’appel de Bordeaux vient de relaxer ces deux chrétiens…

 

 

Voici ce communiqué.

 

 

cnef_communique_verdict_relaxe_appel_bordeaux_160525-copie-2.jpg

 

 

cnef-2-communique_verdict_relaxe_appel_bordeaux_160525-copie-2.jpg

 

 

 

17/02/2017

Ordre des Chevaliers Teutoniques (2)

 

    

Le déclin de l'ordre:

 

 

 

Bataille de Grunwald (ou de Tannenberg), le 15 juillet 1410
L'État teutonique à son apogée vers 1410

La consolidation et l'émergence au sud du royaume de Pologne, christianisé et uni depuis 1386 au grand-duché de Lituanie par mariage dynastique, menacent directement la suprématie des chevaliers dans la région.

 

Le tournant est atteint lorsque la crise larvée entre les deux ennemis héréditaires éclate en 1410. La bataille de Grunwald (ou de Tannenberg) voit une coalition lituano-polonaise dirigée par le roi Ladislas II Jagellon écraser l'armée des Teutoniques. La bataille se solde par plus de 13 000 morts dans les rangs de l’Ordre, parmi lesquels le grand maîtreUlrich von Jungingen.

 

La contre-offensive polonaise est arrêtée par le commandeur de Schwetz, Heinrich von Plauen qui, en s’enfermant au château de Marienbourg, résiste pendant deux ans à toutes leurs attaques. Le traité de Thorn (Toruń, en polonais) restaure une situation proche du statu quo ante bellum (même situation qu'avant la guerre), imposant seulement aux assiégés une amende et la cession de territoires peu étendus.

 

Une guerre civile se produit au début de la deuxième moitié du XVe siècle. Les adversaires des chevaliers se tournent vers le roi Casimir IV de Pologne en 1454. Marienbourg est définitivement investie par les Polonais cette même année, lorsque le grand maître est obligé de vendre le château de cette ville pour éponger les dettes de l'ordre et de son administration. Le grand maître se réfugie alors à Königsberg qui devient ainsi la nouvelle capitale.

 

 

 

 

L'État teutonique en 1466

À l’issue de la guerre de Treize Ans, le second traité de Thorn (1466) cède la Prusse royale (partie ouest) et la ville de Dantzig à la Pologne, et fait de l’État teutonique un vassal de cette dernière. Les chevaliers ne disposent plus à ce moment que de la Prusse originelle (partie est), sur laquelle ils ne sont que partiellement souverains, puisque vassaux des Polonais. Ce dernier revers ne fait que confirmer l’inéluctable décadence de l'ordre.

 

En 1525, le grand maître de l'Ordre, Albert de Brandebourg-Ansbach, adoptant les recommandations de Luther, quitta l'état religieux et transforma le patrimoine de sa communauté en une principauté qui devint le berceau de l'État prussien. Une partie des chevaliers, restés catholiques, décident d’élire leur propre grand maître - Walter de Cronberg - et intentent un procès contre Albert de Brandebourg qui est mis au ban du Saint-Empire. Ils transfèrent leur siège à Mergentheim en Franconie et se réimplantent dans le Saint-Empire romain germanique.

 

En 1805, Napoléon accorde le droit, par le traité de Presbourg, à l’empereur d’AutricheFrançois Ier de nommer comme grand maître un prince de sa famille, à qui reviennent tous les revenus de l’organisation. Le 24avril1809, à Ratisbonne (Bavière), l’empereur des Français prononce sa dissolution. Désormais, seules subsistent quelques commanderies isolées en Autriche et à Utrecht. Un semblant d’ordre est rétabli en 1834, mais il reste exclusivement sous tutelle autrichienne.

 

L’ordre aujourd'hui:

 

 

Armoiries du grand maître de l'ordre Teutonique

L'ordre reçoit sa forme actuelle en 1929 : il devient un institut religieux clérical de droit pontifical.

 

Avant la Seconde Guerre mondiale, Adolf Hitler tente de récupérer l'image historique des chevaliers teutoniques pour exacerber le sentiment d'identité nationale. En effet leur passé de "conquérant des peuples slaves" est utile dans une propagande anticommuniste et qui souligne la supposé supériorité des races germaniques sur les races slaves. Par la suite, il prend des mesures restrictives contre ce qui reste de l'ordre teutonique, notamment par des saisies de biens, de terres, et en emprisonnant le grand maître. Il les suppose allié des juifs et des francs-maçons et cherche donc à les détruire.

 

Malgré les brimades, les chevaliers vont continuer pendant la guerre à soigner les blessés de tous les clans et de toutes les nations, ils cacheront aussi bien des enfants juifs que des partisans communistes et ils veilleront à ce que les soldats de la Wehrmacht aient droit à des procès équitables en 1945, ils éviteront à beaucoup d'être exécutés sommairement

 

Les Teutoniques se décrivent aujourd'hui ainsi : « La véritable chevalerie n'est pas déterminée sous la forme d'une épée de combat qui est dépassée aujourd'hui, mais plutôt par l'engagement au Christ Roi, la protection et la défense des victimes, opprimées, méprisées et des nécessiteux. Cette attitude est la recherche des actuels frères, sœurs et familiers de l'ordre Teutonique, fidèle à la devise d’aider et de guérir ensemble ».

 

Les chevaliers teutoniques sont aujourd'hui environ un millier :

 

  • 100 frères (dont certains sont aussi prêtres), liés par les trois voeux de chasteté, de pauvreté et d'obéissance.
  •  
  • 200 sœurs
  • 700 affiliés, ou « familiers », ou « Marians », laïques ou d'état ecclésiastique, qui cherchent à entériner les efforts de l'ordre pour promouvoir son entreprise et à réaliser ses idéaux.
  •  

L'ordre a aussi le droit d'inclure dans les provinces des oblats ou oblates.

La communauté est divisée en provinces, bailliages et commanderies (pour les familiers).

 

En 1957, l'ordre a acheté une maison à Rome qui est le siège du Procureur général de l'ordre, et qui sert aussi de maison d'hôtes.

 

Les frères et sœurs sont réparties à travers cinq provinces : l'Autriche, le Tyrol du Sud, l'Italie, la Slovénie, l'Allemagne et la République tchèque et la Slovaquie.

 

 

Les familiers sont répartis dans les bailliages et commanderies suivants : Allemagne, Autriche, Tyrol du Sud, "ad Tiberim" à Rome, le Bailliage de la République tchèque et de la Slovaquie, et dans la commanderie indépendante d'Alden Biesen en Belgique; il y a aussi des familiers dispersés dans d'autres pays.

 

 

Le grand maître est aujourd'hui supérieur général et chef suprême de l'ordre. Il reçoit après son élection la consécration d'abbé épiscopal et possède le rang d'évêque, privilège qui est accordé à l'Ordre teutonique depuis 1933. Depuis 1923, la Grande Maitrise est exercée par des prêtres qui sont élus pour six ans par les frères et sœurs délégués au chapitre général.

 

 

Hiérarchie de l'ordre teutonique:

 

 

 

 

 

            Chapitre général    
 
                   
 
    Ratsgebietiger   Grand-maître
  Chancellerie  
   
                                         
                                         
Grand-commandeur   Grand-maréchal     Grand-hospitalier   Grand-trésorier   Grand-commissaire  
 
                                               
                                 
                                 
                         
  Maître
de Germanie
    Maître
de Livonie
    Maître
de Prusse
 
 
                                 
 
  Bailli                        
 
                                 
 
  Commandeur     Commandeur     Commandeur  
 

 

 

                                                  

09:24 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

14/02/2017

Chine : un pasteur coréen tué à coups de hache à Changbai:

 

 

changbaishan-changbai_falls.png

 

 


 

 

 

 

 

Le pasteur coréen Han Chung-ryeol a été retrouvé assassiné le 30 janvier à Changbai. Il avait reçu au moins un coup de hache sur la tête et des coups de couteau dans l’abdomen. Le pasteur était très connu pour avoir créé une église à Changbai – district administratif autonome pour les Coréens de la province chinoise du Jilin –, à la frontière de la Corée du Nord, où il recevait et aidait de nombreux transfuges fuyant le régime de Pyongyang, avec l’accord des autorités chinoises. Il n’y a que peu de doute sur les auteurs de cet assassinat : des agents de Corée du Nord souhaitant faire passer un message à tous ceux qui aident les transfuges…

 

 

Source : AsiaNews,

08:46 Publié dans Eglise | Lien permanent | Commentaires (0)

10/02/2017

Entretien avec le Docteur Volff, président de l'ACPERVIE:

 

 

Docteur VOLFF.jpg

 

 

 

 

1) Pour quelles raisons avez-vous adhéré à

l'ACPERVIE?

 

 

 

J'avais écrit à tous les pasteurs de l'annuaire protestant (1979) pour …protester contre la déclaration de la FPF à la Grande Motte suivant laquelle le "projet de loi sur l'avortement est un signe de libération, d'espérance et d'amour".

 

Le pasteur Gillardin, de Paris, avait remis la lettre à Madame Lucie Olivier, membre de son église, qui était aussi secrétaire de l'association Laissez-les-Vivre. Elle m'exposa qu'elle rêvait d'une association protestante pouvant rétablir la vérité par rapport à l'Ecriture Sainte, et aussi annoncer la libération du péché (d'avortement) par Jésus-Christ seul. Pour moi, je voulais aller plus loin: fédérer tous les véritables protestants (sola fide, sola scriptura) dans une structure indépendante de la FPF, ce qui se fera finalement……en 2010, avec la création du CNEF (Conseil National des Evangéliques de France), issue de la réconciliation des Pentecôtistes et des Evangéliques.

 

Certains pasteurs ont répondu favorablement, et nous nous sommes retrouvés à une cinquantaine à l'église évangélique Arménienne,  pour voter les statuts de l'Acperv (Association des Chrétiens Protestants et Evangéliques pour le Respect de la Vie, qui deviendra Acpervie sur suggestion de Mme Odile Ludwig) et élire son Conseil d'administration. Le même jour, et avec les mêmes, nous avons fondé la COPEF (Confédération Protestante de France) dont le noyau était les chrétiens réformés confessants, avec le Pasteur Kayayan. Le premier président a été le pasteur Collardeau, de l'église luthérienne libre.

 

 

2) Quand en avez-vous assuré la présidence?

 

 

 

 C'est à l'Assemblée Générale de 1990, en l'église luthérienne St Jean (inspection de Paris), suite au retrait de Mme Olivier, éprouvée par la perte de son mari. J'étais avant trésorier et donc avais le regard sur tout.

 

 

3) A combien de femmes venez-vous en aide chaque année? 

 

 

 

Nous n'avons pas compté, car il y a des non-avortantes et même, le dernier appel, c'était une jeune maman qui cherchait à se loger, car son enfant était à l'assistance publique parce qu'elle était sans domicile fixe. Disons tout de même que les appels sont rares, et encore plus quand il s'agit d'une vraie détresse de femme enceinte. Néanmoins, il faut garder ce métier, car il a vocation d'être transféré dans chaque église ou groupe local d'églises, c'est là que le devoir d'égalité entre frères et soeurs et de bienfaisance avec nos prochaines peut le mieux s'exercer

 

 

4) Quelles sont vos relations avec les autres associations pro-vie? 

 

 

Elles ont diminué depuis que le collectif "En Marche pour la Vie", qui préparait la manifestation annuelle de Janvier, a été entièrement repris en mains par la principale association et en a donc perdu un certain nombre, démobilisées, dont l'Acpervie qui s'est recentrée sur les églises, ce qui est de toute façon sa mission. Mais nous continuons à échanger des informations. De même au niveau européen.

 

 

5) et avec les milieux protestants et Evangéliques?

 

 

Nos adhérents sont présents dans tous ces milieux. Nous sommes fiers d'avoir, à ce titre, apporté notre pierre au CNEF. Dans le CNEF, nous sommes actifs dans le Département "Missions" du Pôle Oeuvres, même si, pour plus de visibilité, nous allons gagner le Département "Ethique" dès qu'il sera constitué. En attendant, l'Acpervie est déléguée des "Missions" au comité d'animation du Pôle Oeuvres. Elle sera donc présente, non seulement au Centre Evangélique de Lognes, comme chaque année, mais aussi à la  Convention du CNEF.

 

 

6) Pourriez-vous donner les coordonnées de

l'ACPERVIE ? 

 

 

 

Acpervie-sos-maternité, BP 29,  95670, Marly-la-Ville. 01 34 72 87 67. www.acpervie-sos-maternite.org

 

 

 

page Facebook: Protestants pro Vie.

 

 

Service d'Aide aux Femmes Enceintes.

 

 

Informations et sensibilisation des églises au témoignage pour le respect de la Vie : conférences, stands, manifestations diverses...

 

 

                    LETTRE ACPERVIE:

 

 

                   EXPO VIE

 

 

                  MARCHE POUR LA VIE  :

 

 

                 PETITION contre l'EUGENISME :

 

 

              NON au financement public de l'avortement dans l'Union Européenne:

 

 

 

                      Pages Facebook: 

  

 

 Témoignage auprès des médias: Documents

"Expériences"

 

 

et des autorités: Lettre aux Députés Français 

 

 

 

 Et surtout la Prière: 

 

                         

      Prions pour les femmes enceintes en difficulté,

 

 

     Prions pour l'enfant qu'elles portent,

 

 

     Prions pour la responsabilisation des pères,

 

 

     Prions pour la prise de conscience des églises et de la société civile,

 

 

     Prions pour les responsables des services d'aide aux femmes enceintes.

 

 

 

 

3595850815.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

07/02/2017

Autisme, Dogmes, Mensonges & Utopies !

 

 

 

Durant des décennies, le Royaume-Uni avec l’IRA et l’Espagne avec l’ETA ont connu un terrorisme ayant pour obectif essentiel l’avènement d’Etats indépendants.

 

 

Si les attentats commis par ces deux organisations avaient pour cibles des objectifs militaires dans leur grande majorité, nombreux furent les civils, victimes innocentes de tueries ou d’explosions aveugles dont le but était de mettre en péril les institutions des états.

 

 

La France a été confrontée elle aussi à d’innombrables attentats durant la période 1956-1963 lors de la guerre d’Algérie et ensuite 30 ans plus tard à ceux commis par le FIS et le GIA.

On ne peut donc pas prétendre que ces Etats et leurs gouvernements successifs ignorent les causes et les conséquences du terrorisme, d’autant plus que les services de renseignements, de l’armée et de la police avaient été mobilisés de longues années contre ce fléau. En outre, et depuis longtemps, différents systèmes de protection et de sécurité ont été installés dans le domaine public.

 

 

Tout ceci n’a pas empêché les attentats de Madrid à la gare Atocha en 2004, ni ceux du métro de Londres en 2005, capitale qui comptait plusieurs dizaines de milliers de caméras.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le mensonge et la crédulité s’accouplent pour former l’opinion

 

 

Alors, malgré ces mesures prétendues « sécuritaires », la France a vécu les assassinats de Mohammed Merah en 2012, puis à Bruxelles ce fut la tuerie du musée juif par Medhi Nemmouche en juillet 2014, ensuite le massacre de Charlie Hebdo à Paris en janvier 2015, suivi de différents assassinats en province, pour aboutir au vendredi « noir » 13 novembre 2015 à Paris qui totalisa 130 victimes et des centaines de blessés.

 

 

Pourtant, des dizaines de milliers de policiers, CRS et militaires étaient mobilisés par les plans « Vigipirate » et « Sentinelle », sans compter les milliers de vigiles chargés de fouiller les sacs et colis suspects. Et que dire de la multitude de caméras installées partout entre 2005 et 2015 ? Tout ça pour ça ?

 

 

Le point d’orgue de cette succession macabre fut atteint le 22 mars 2016 à Bruxelles avec les attentats à l’aéroport et dans le métro : 35 morts et plus de 300 blessés, dont 25 sont toujours en soins « intensifs ».

 

 

Mais comment expliquer cette litanie de massacres d’innocents civils, alors même que ni l’armée ni la police présentent en tous lieux n’ont pu empêcher ceux-ci ?

 

 

A quoi servent toutes ces caméras, yeux virtuels de Big Brother ?

 

 

Quel fut le rôle des services de renseignements et d’espionnage ? Où est donc resté le principe de « précaution » ?

 

 

A posteriori, on pourrait dire : « Police partout, sécurité nulle part ! » et un observateur attentif de l’évolution de la délinquance et de la criminalité de conclure : « la Justice baisse les bras, la Police ferme les yeux… »

 

 

Niqabs, burqas, qamis et tutti quanti

 

 

On remarquera que les assassinats, les tueries et les attentats commis ces dernières années en Espagne, au Royaume-Uni, en France et en Belgique (où 23 suspects sont encore dans la nature) ont été revendiqués au nom de « Allah le Tout-Puissant ».

 

 

Pas de revendication pour l’indépendance de la Catalogne, de l’Ecosse, de la Bretagne ou de la Flandre….

 

 

Ces massacres sont destinés à répandre la terreur parmi les populations décadentes, afin qu’elles fassent pression sur leurs gouvernements respectifs pour faire cesser les actes hostiles et les campagnes militaires en terre d’ISLAM.

 

 

Et la réponse à ces attentats, des ministres qui nous gouvernent,  se résume à des marches imbéciles au nom de « Charlie », à des attroupements de moutons en larmes, aux dépôts de gerbes répétitives, à des manifestations graphiques et à l’implantation de milliers de bougies (face au temple bruxellois du capitalisme apatride)….. Toutes sortes d’expressions de peuples en déclin, soumis et incapables de sursaut, car décérébrés et manipulés par un Pouvoir impotent et incompétent.

 

 

Une nation qui se respecte, venge ses morts et ne pleurniche pas !

 

 

On ne fait pas la guerre en dentelle, ni avec des Kleenex

 

 

Cela fait déjà de nombreuses années que des criminologues et des experts du terrorisme rédigent des notes de synthèse à l’usage des ministres et des administrations en charge de la sécurité publique. Des milliers de rapports ont été transmis depuis les attentats du RER en 1995. Différents diagnostics ont été établis. Des décèlements précoces et des « modus operandi » ont été proposés.

 

 

Malgré tous ces avertissements, les Pouvoirs (de droite ou de gôche) n’en ont pas tenu compte, ont opéré des bouleversements dans les services concernés, ont multiplié les strates administratives et opérationnelles au point d’en arriver –en France comme en Belgique- à un véritable mille-feuille pour ce qui concerne la sécurité  intérieure, impliquant des dizaines de hauts responsables pour chaque réunion majeure.

 

 

Et ces politiciens abrutis voudraient maintenant créer un organe regroupant l’ensemble des 28 pays d’Europe, ce qui pour un Etat-Major ayant « déclaré  la guerre à DAESH », reviendrait à convoquer des centaines de participants pour chacune de leurs palabres ! Les djihadistes doivent en pleurer de rire.

 

 

Ces pourriticards n’ont pas pu, pas su ou pas voulu anticiper, prévenir et déjouer ces massacres, dont le sang tache leur conscience. Leur suffisance n’égale que leur impéritie.

Les terroristes ont de beaux jours devant eux, d’autant plus que la majorité des chefs d’Etats et de gouvernements européens évoluent encore dans leur bulle droits-de-l’hommiste, persuadés que les chimères multiculturelles de la société du « Vivrensemble » et du « Padamalgam » sont l’alpha et l’oméga de notre société ! Totalement déconnectés de la réalité, ces éminences qui nous dirigent nous conduisent vers le chaos et un choc sanglant de civilisations.

 

 

Il est grand temps de porter le fer et le feu dans les tanières de l’Islam des wahhabites et des takfiristes, de rétablir l’ordre public dans les Zones de Sécurité Prioritaires et de stopper l’immigration/invasion.

 

 

Il n’est pas trop tard pour modifier une législation inadaptée à l’état de guerre et de réinstaurer une Cour de Sûreté de l’Etat.

 

 

Il est urgent de réactiver des services de contre-terrorisme et de rétablir la peine de mort.

 

 

Sinon, on n’en terminera pas avec le cancer islamiste qui propage ses métastases de plus en plus mortelles au fil du temps qui passe.

 

 

La mort pour les assassins. La vie pour les innocents !

 

 

Pieter KERSTENS.

 

09:17 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)