Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/07/2018

Bibliothèque en ligne d'oeuvres de théologie luthériennes:

 

 

 

 

 

 

 

Bibliothèque en ligne d'oeuvres de théologie luthériennes

La Sainte Bible (documents et liens externes)

 

 

 

Louis Segond (par mot-clé
Bible de Semeur (par mot-clé
Version Créole (Haitien) de la Bible (par mot-clé)Nouveau Testament lue à haute voix RealAudio (incomplet)

NOUVEAU! Pour accéder à d'autres versions de la Bible: 
The Unbound Bible en français 

Confessions de foi luthériennes:

 

 

Le Petit Catechisme de Martin Luther 
La Confession d'Augsbourg de 1530

Bible:

 

 

Le Monde de l'Ancien Testament 
Commentaire Sur Miché 
Le Monde du Nouveau Testament 
Les Miracles de Christ 
Les Paraboles du Seigneur 
Commentaire de Paul aux Philippiens 
Commentaire Sur l'Apocalypse

Doctrine:

 

 

Petite Dogmatique Luthérienne 
Le Sacrement Du Baptême 
Le Sacrement De La Sainte Cène 
Symbolique Luthérienne: Églises, Communautés et Sectes 
L'Islam 
Le Mouvement Charismatique 
Doctrine De l'Écriture 
Manuel de Doctrine Chrétienne

Liturgie:

 

 

Introduction à la Liturgie Lutherienne 
Tableaux des lectures Bibliques pour les dimanches et les fêtes (tirés du document ci-haut)
                (NOUVEAU! Tableaux mis à jour et corrigés!) 
        Série "A" (Matthieu) (2004-2005) PDF 
        Série "B" (Marc) (2005-2006) PDF 
        Série "C" (Luc) (2006-2007) PDF 
        Série "A" (Matthieu) (2007-2008) PDF 
        Fêtes à dates fixes et autres fêtes (perpetuel) PDF 
Liturgie du Culte Dominical 
Liturgie des Matines -- Édition "demi-page" PDF 
"Te Deum Laudamus" selon Martin Luther PDF 
        (avec notation musicale) 
Litanie sur le Notre Pere PDF 
        (basée sur le texte du Petit Catéchisme)

Pastoral

 

Cure d'Ame 
Pierres Vivantes et Gérants Fidèles 
Pastorale du Mariage
 

Documents Audio

 

 

La Loi et l'Evangile (Revue Bonne Nouvelle 11) RealAudio 
Nouveau! Émission Radio Lumière sur le Chemin MP3 (Lien externe)
 

Outil de recherche: 


 

 
(Service offert gratuitemnet par Google.ca)
 
 
INDICATIONS:
 
 

Pour chercher une phrase, l'entourer de guillemets, par ex. "moyens de grâce".  Pour des recherches plus complexes, on peut ajouter plusieurs termes et expressions;  l'outil présentera les pages qui contiennent tous les éléments qu'on lui a demandé de chercher.

 


NOTE: ACCENTS, CÉDILLES: L'outil de recherche ne sait pas qu'un "é" est parfois rendu en majuscule "É", d'autres fois tout simplement "E".  Lors d'une recherche, essayez donc des variations avec et sans accents, cédilles, etc., puisque certains textes contiennent des majuscules accentuées, mais la grande majorité non.  Cependant, sans accents, on ne retrouvera que les occasions en majuscules.

 


NOTE: FORMES D'UN SEUL MOT: L'outil de recherche ne sait pas que les differentes formes d'un mot viennent du meme terme.  Il faudra donc chercher "luthérien" et ensuite répéter la recherche avec "luthérienne" pour trouver tout ce qu'on cherche...

 
 
 
 
 
Questions? commentaires?  Vous pouvez rejoindre le bibliothécaire-virtuel à: davem@citenet.net, 

ou via la page de réponse de l'église où il est le pasteur.
Bonne lecture, et que le Seigneur soit avec vous!
(à jour le 4 fevrier, 2018)
 
 
 
 


Notre site-mêre:  www.egliselutherienne.org

 

 
 

03/07/2018

IL Y A CENT ANS, LA FRANCE :

 

 

 

 

 

 

 LA FRANCE CONSIDÉRAIT ALBERT SCHWEITZER COMME UN ESPION…

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
Journaliste
 
 
 
 
 

Ancien grand reporter à France 3 Alsace, il passe son temps entre l’Alsace et la Grèce.

 
 
 
 
 
 

Il est minuit, docteur Schweitzer. On se souvient de ce titre de Gilbert Cesbron qui l’avait fait connaître momentanément en 1952 au public français. Aujourd’hui, comme le chante Dutronc, il serait plutôt « mini, Dr Schweitzer », sous nos latitudes hexagonales, tant l’aura du « grand sorcier blanc » reste confidentielle. Mais celui que Life désignait, dès le 6 octobre 1947, comme « le plus grand homme du monde », le Dr Schweitzer, restera largement méconnu en France, à l’exception de son Alsace natale. Il est pourtant de la même famille que celle de l’ancien PDG de Renault ou du grand-père de Jean-Paul Sartre…

 

 

 

 

L’hôpital-village qu’il a créé à Lambaréné au Gabon dans la forêt équatoriale à partir de 1913 le fera connaître dans le monde entier comme un visionnaire, alors qu’au pays de Voltaire, l’Alsace étant alors allemande, il sera considéré plutôt comme un espion à la solde de l’Allemagne. C’est en jouant une fugue de Bach que Schweitzer apprendra le déclenchement de la guerre en Europe le 5 août 1914, quand l’administrateur français au Gabon vint lui signifier : « En tant que ressortissant allemand, vous êtes en état d’arrestation. À partir d’aujourd’hui, interdiction vous est faite de quitter votre domicile, de communiquer avec l’extérieur et d’exercer la médecine. » En septembre 1917, Albert Schweitzer et son épouse sont même arrêtés, considérés comme prisonniers de guerre et envoyés en France, où ils seront internés jusqu’en 1918 dans un camp de prisonniers civils à Notre-Dame-de-Garaison dans les Hautes-Pyrénées.

 

 

 

 

Mais la suspicion envers Schweitzer ne s’arrêtera pas… Après l’armistice, redevenu français, il envoie de nombreux colis à ses amis allemands qui subissent un rationnement sévère ; la police française  le soupçonne de sentiments pro-allemands et le met sous surveillance durant les années 1919-1921. On le voit, les Français longtemps l’ont pris pour un Allemand. Il est vrai qu’il l’a été une partie de sa vie comme tous les Alsaciens de sa génération. Il était né, en effet, en 1875, dans l’Alsace annexée du Reichsland et avait 43 ans quand il redevint français… Il fallut l’amitié de Romain Rolland et surtout un prix Nobel tardif, en 1953, pour que la France l’adoptât définitivement. Il était temps et il se faisait tard… Il était minuit moins le quart, docteur Schweitzer !

 

 

 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

10:10 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

29/06/2018

On aurait exhumé la ville de Sodome:

 

 

 

 

Et ce n’est probablement pas un hasard si cela advient à une époque où les mœurs infâmes de cette ville détruite se répandent aujourd’hui largement dans le monde…

 

 

 

 

 

 

En effet, Sodome, la ville incarnant dans la Bible la dépravation la plus extrême (et ayant donné son nom à un vice en particulier), pourrait bien avoir été localisée par une équipe d’archéologues dans l’actuelle Jordanie.

 

 

 

« Le professeur d’études bibliques et apologétiques de l’Université de Trinity Southwest, Steven Collins est formel :  « le gigantesque site de Tall El Hamman » dans le sud de la vallée du Jourdain, à quelques kilomètres au nord de la mer Morte, réunit « tous les critères » de la ville de Sodome telle qu’elle est décrite dans la Bible, rapporte la revue scientifique Popular Archaeology.

 

 


Sodome apparaît avec sa voisine Gomorrhe, dans le livre de la Genèseainsi que dans le Livre de la Sagesse parmi trois autres cités formant « les villes de la plaine » située dans la vallée du Jourdain au sud du pays de Canaan.

 

 

 

 

 

 

Dieu, en réaction à la perversion qui régnait à Sodome, envoya deux anges pour « vérifier » si le péché était bien avéré. « La clameur qui s’élève de Sodome et Gomorrhe est immense et leurs péchés sont énormes… », témoignèrent-ils.

 

 


« Alors l’Éternel fit tomber sur Sodome et sur Gomorrhe une pluie de souffre et de feu ; ce fut l’Éternel lui-même qui envoya du ciel ce fléau. Il détruisit ces villes et toute la plaine, et tous les habitants de ces villes. La femme de Lot regarda en arrière, et elle se transforma en statue de sel. Abraham se leva de bon matin et se rendit à l’endroit où il s’était tenu en présence de l’Éternel. De là, il tourna ses regards du côté de Sodome et de Gomorrhe et vers toute l’étendue de la plaine; et il vit monter de la terre une fumée, semblable à la fumée d’une fournaise. » peut-on lire dans l’Ancien Testament (Genèse, XVIII).

 

 

 

Plus la moindre présence humaine durant 700 ans

 

 

 

Selon les textes, Sodome était décrite comme  la plus grande cité du Kikkar (la plaine fertile mentionnée dans la Bible) à l’est du Jourdain. « J’en ai immédiatement conclu qu’il convenait de chercher quel site abritait les plus grandes ruines d’une cité de l’âge du Bronze » explique le docteur Collins. Ainsi, pendant plus de dix années de fouilles, les archéologues ont sorti de terre des objets ainsi que les ruines d’une immense cité appartenant à l’ère du Bronze (3500 – 2350 av. J.c.), en particulier un mur d’enceinte de plus de dix mètres ainsi que des tourelles défensives. « Une réalisation remarquable qui a demandé des millions de briques et, évidemment, un grand nombre d’ouvriers » souligne le docteur Collins. En comparant ces découvertes avec celles des villes avoisinantes, il apparaît que celle-ci était 5 à 10 fois plus grande que les autres.

 

 

 


Plus étonnant encore, sur ce site, tout semble indiquer que l’activité humaine s’est éteinte pendant 700 ans… »

 

 

 

 

08:57 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

26/06/2018

VIEILLESSE, MALADIE, SOLITUDE :

 

 

 

 

 

 

 UN TRIO INFERNAL

 

 

 
 
 
 
 
 
Médecin

Médecin urgentiste et généraliste
 
 
 
 
 
 
 

En octobre 2015 près de Grenoble, un homme âgé a tué sa femme qui souffrait de la maladie d’Alzheimer. Il a été jugé par la cour d’assises de l’Isère la semaine dernière et condamné à cinq ans de prison avec sursis. Quelques années plus tôt dans le Tarn, un homme de 85 ans avait tué sa femme de deux balles dans la tête car il ne supportait plus leur quotidien. Son épouse souffrait d’une maladie d’Alzheimer et d’un syndrome de Parkinson.

 

 

 

 

On pourrait citer d’autres cas identiques, tous drames de la solitude, de la vieillesse, et de la maladie.

 

 

 

 

Les journalistes nous font remarquer que ces gens ne bénéficiaient pas d’aides à domicile qui auraient peut-être pu éviter ces drames. Bien sûr, vu de l’extérieur, on peut raisonner ainsi, penser que les services sociaux ont été déficients et que s’ils avaient été plus efficaces, on aurait pu éviter de telles issues. Mais pour une personne âgée, accepter une aide à domicile, c’est aussi faire entrer dans son intimité un élément extérieur, positif sur le plan de l’organisation domestique, mais qui l’oblige à constater qu’elle ne pourra plus vivre comme auparavant.

 

 

 

 

Changement facilement envisageable si l’avenir peut être porteur d’espoir, mais lorsqu’il se résume à l’attente de la mort, parfois considérée comme une délivrance, il est bien difficile d’accepter de faire ce constat. Alors, on vit dans le déni d’une situation qu’inconsciemment on refuse, avec le souvenir des jours heureux dont les lambeaux permettent de rendre tolérable un quotidien devenu trop difficile à assumer.

 

 

 

Et puis sans doute un jour la réalité apparaît sans fard, sans le maquillage des habitudes et des souvenirs, elle devient invivable et c’est le drame.

 

 

 

 

Comment éviter d’en arriver à de telles extrémités pour échapper à un quotidien devenu invivable ? Il n’y a, hélas, pas de recette miracle.

 

 

 

Les services sociaux sont généralement efficaces et peuvent permettre une prise en charge à domicile rendant le quotidien vivable pour l’entourage, à condition d’accepter cette aide !

 

 

 

 

Et lorsque l’état de la maladie sera plus avancé, que le malade ne reconnaîtra plus ses proches, qu’il sera sujet aux fugues et qu’il sera incapable de vivre sans surveillance, le maintien à domicile deviendra impossible. Il faudra alors envisager un placement dans un centre spécialisé, ce qui n’est malheureusement pas à la portée des plus modestes, les obligeant parfois à vendre le peu de biens qu’ils avaient pu acquérir au cours d’une vie de travail pour faire face à cette dépense ; dépossession qui ne fera qu’aggraver le sentiment de solitude de celui qui par chance (?) a échappé à la maladie.

 

 

 

La double peine, en quelque sorte.

 
 

 

 

 

 

10:10 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

22/06/2018

Napoléon Peyrat: chantre du Catharisme et des Camisards.

 

 

 

 

Napoléon Peyrat.jpg

 

 

 



C’est en Ariège que le Pasteur Napoléon Peyrat verra le jour en 1809, sur cette terre où le Protestantisme a planté de profondes racines. Ce poète, historien, pasteur, sera un fervent défenseur de la culture Occitane.

 



Bien qu'il soit extrêmement libéral, aux idées radicalement avancées, puisqu'il fut membre du félibrige rouge, il sera, par une heureuse inconséquence, comme d'autres avant et après lui ( cf Louis Second et sa traduction de la Bible), un défenseur de l'Orthodoxie, et le chantre du petit peuple Cévenole. Au strict Protestantisme qui s’est levé lors des guerres Camisardes pour la défense du pur Evangile, il lui a fallu un courage certain pour oser passer outre la réprobation du protestantisme officiel, qui préférait jeter un voile pudique sur cette période si décriée.

 



C’est en 1842 que sorti "les Pasteurs du désert" véritable plaidoyer pour les insurgés. De 1870 à 1882 ce sera la monumentale "histoire des Albigeois" ( 5 volumes) qui sera la première réhabilitation du Catharisme.

 




                              Patrick Cabanel et Philippe Robert
                                      Cathares et Camisards
                              " L'Oeuvre de Napoléon Payrat"
                                          ( 1809-1881)
                              Les Presses du Languedoc ( 1998)

 



                                
                                           Pasteur  Blanchard

 

 

09:21 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)