Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/07/2018

Le monde du jeu en ébullition :

 

 

 Un jeu 100 % LGBT…

 

 

 

 

jyfbvoz0ig6cf3bitm1x.png

 

 

 

 

 

 

Ce jeu vous fait plonger dans le quotidien d’un homme qui vient d’arriver dans un quartier avec sa fille de 18 ans, et qui cherche à « conquérir des hommes de son voisinage ».

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

D’après le glorieux journal Le Monde, la communauté des joueurs (de jeux vidéo) sur Internet serait en ébullition avec l’apparition d’un nouveau jeu : « Dream Daddy ».

 

 

 

Ce jeu vous fait plonger dans le quotidien d’un homme qui vient d’arriver dans un quartier avec sa fille de 18 ans, et qui cherche à « conquérir des hommes de son voisinage ». Bien loin de se faire casser la gueule par un père de famille de six enfants catholique traditionaliste nauséabond, notre petit papa en manque d’affection virile se retrouve dans un quartier où des partenaires pullulent. D’ailleurs, la litanie des potentiels est rigolote.

 

 

 

 

On commence par Joseph (pas le papa de Jésus, bande d’odieux fascistes), qui est un « BCBG blond bodybuildé » et qui reste un cliché comme on n’en fait plus aujourd’hui. Vient ensuite mon préféré, Brian (prononcer « braillanne »), qui est passionné de corgis avec « des airs de bûcheron rondouillet » : imaginez la reine d’Angleterre avec la chemise à carreau du bûcheron canadien, la carrure d’un pilier du XV de France et vous aurez une assez bonne idée du bonhomme. Passons, maintenant, à Mat, qui est un vendeur de café hipster. Quand je vous disais cliché… Pour des gens qui sont censés combattre les préjugés ! Enfin, je vous présente Robert (prononcer « robert »), qui est un « bad boy » ténébreux qui « va droit au but » (Sébastien Patoche avec sa chanson « On va la foutre au fond » est à peine moins vulgaire).

 

 

 

 

Dans ce petit monde merveilleux, rempli de gens aussi attachants qu’un bûcheron éleveur de corgis, la principale activité est de parler avec ses voisins autour d’un barbecue, autour d’un verre ou même dans le cadre du train-train quotidien. Toujours d’après le glorieux journal cité plus haut, le jeu propose des dialogues « drôles et tendres » entre le père et ses amants. Mais aussi avec ses filles, avec qui la relation peut être complexe. Évidemment, à 18 ans, Nabilla découvre la vie, et l’inconstance de ses passions. Justin vient de la quitter, mais elle pense être amoureuse de Kevin, mais il y a aussi Stéphane, qui lui fait de l’œil, et il est si beau en slip de bain. Sans oublier Enzo, qui sait si bien jouer « Wonderwall » à la guitare, et le regard envoûtant de Cristina, sa correspondante espagnole pour qui elle sent une attirance étrange… La vie de lycéenne, quoi !

 

 

 

Bon, je dois vous avouer, cher lecteur, que j’ai légèrement improvisé sur la vie de sa sotte de fille, mais vu la qualité du scénario du jeu, je me dis que ma version de l’histoire pour elle n’est pas si inconcevable que cela.

 

 

 

 

« Ce jeu s’adresse à un public qui trouve mignon de voir deux papas barbus qui se draguent ! » Autrement dit, pas vous… ni moi d’ailleurs ! De toute manière, il va falloir s’habituer : je viens de m’apercevoir que Lancelot du Lac était devenu noir du jour au lendemain dans une série et que mon cher ami Porthos du Vallon avait, lui aussi, pour des raisons de quotas idiots, changé de couleur avec une histoire abracadabrantesque de fils illégitime entre un seigneur et une esclave noire…

 

 

 

 

Bonne Mère !

 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

09:09 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

26/06/2018

VIEILLESSE, MALADIE, SOLITUDE :

 

 

 

 

 

 

 UN TRIO INFERNAL

 

 

 
 
 
 
 
 
Médecin

Médecin urgentiste et généraliste
 
 
 
 
 
 
 

En octobre 2015 près de Grenoble, un homme âgé a tué sa femme qui souffrait de la maladie d’Alzheimer. Il a été jugé par la cour d’assises de l’Isère la semaine dernière et condamné à cinq ans de prison avec sursis. Quelques années plus tôt dans le Tarn, un homme de 85 ans avait tué sa femme de deux balles dans la tête car il ne supportait plus leur quotidien. Son épouse souffrait d’une maladie d’Alzheimer et d’un syndrome de Parkinson.

 

 

 

 

On pourrait citer d’autres cas identiques, tous drames de la solitude, de la vieillesse, et de la maladie.

 

 

 

 

Les journalistes nous font remarquer que ces gens ne bénéficiaient pas d’aides à domicile qui auraient peut-être pu éviter ces drames. Bien sûr, vu de l’extérieur, on peut raisonner ainsi, penser que les services sociaux ont été déficients et que s’ils avaient été plus efficaces, on aurait pu éviter de telles issues. Mais pour une personne âgée, accepter une aide à domicile, c’est aussi faire entrer dans son intimité un élément extérieur, positif sur le plan de l’organisation domestique, mais qui l’oblige à constater qu’elle ne pourra plus vivre comme auparavant.

 

 

 

 

Changement facilement envisageable si l’avenir peut être porteur d’espoir, mais lorsqu’il se résume à l’attente de la mort, parfois considérée comme une délivrance, il est bien difficile d’accepter de faire ce constat. Alors, on vit dans le déni d’une situation qu’inconsciemment on refuse, avec le souvenir des jours heureux dont les lambeaux permettent de rendre tolérable un quotidien devenu trop difficile à assumer.

 

 

 

Et puis sans doute un jour la réalité apparaît sans fard, sans le maquillage des habitudes et des souvenirs, elle devient invivable et c’est le drame.

 

 

 

 

Comment éviter d’en arriver à de telles extrémités pour échapper à un quotidien devenu invivable ? Il n’y a, hélas, pas de recette miracle.

 

 

 

Les services sociaux sont généralement efficaces et peuvent permettre une prise en charge à domicile rendant le quotidien vivable pour l’entourage, à condition d’accepter cette aide !

 

 

 

 

Et lorsque l’état de la maladie sera plus avancé, que le malade ne reconnaîtra plus ses proches, qu’il sera sujet aux fugues et qu’il sera incapable de vivre sans surveillance, le maintien à domicile deviendra impossible. Il faudra alors envisager un placement dans un centre spécialisé, ce qui n’est malheureusement pas à la portée des plus modestes, les obligeant parfois à vendre le peu de biens qu’ils avaient pu acquérir au cours d’une vie de travail pour faire face à cette dépense ; dépossession qui ne fera qu’aggraver le sentiment de solitude de celui qui par chance (?) a échappé à la maladie.

 

 

 

La double peine, en quelque sorte.

 
 

 

 

 

 

10:10 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

19/06/2018

UN JOURNALISTE ANTI-ISLAMISATION :

 

 

 CONDAMNÉ POUR AVOIR PUBLIÉ DES IMAGES HISTORIQUES

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
Écrivain et journaliste belge francophone
 
Son blog
 
 
 
 

Michael Stürzenberger est un journaliste patriote qui réside à Munich, dans le sud de l’Allemagne, et qui conduit depuis plusieurs années un combat contre l’islamisation de son pays et de l’Europe. Il a organisé, durant de nombreux mois, une récolte de signatures afin d’obtenir la mise sur pied d’un référendum à propos de la construction d’un centre islamique à Munich. Son combat lui a valu de nombreuses persécutions de la part des autorités sociales-démocrates qui dirigent la ville et il a dû subir des attaques de la justice locale.

 

 

 

 

Il a également été le dirigeant du parti politique anti-islamisation Die Freiheit (« La Liberté ») et est un des fondateurs, en juillet 2012, de La Nouvelle Rose blanche, s’inspirant de l’organisation de résistance estudiantine au national-socialisme La Rose blanche. Cette dernière appellation avait été donnée après-guerre à un groupe d’étudiants patriotes ayant distribué, durant la Seconde Guerre mondiale, des pamphlets pacifiques à Munich et dans le sud de l’Allemagne. Parmi les membres de cette organisation figuraient Sophie Scholl, Hans Scholl et Christoph Probst, exécutés à la prison de Munich-Stadelheim le 22 février 1943. Susanne Zeller (décédée en décembre 2012), née Hirzel, ancienne membre de La Rose blanche et amie de Sophie Scholl, comptait parmi les fondateurs de La Nouvelle Rose blanche.

 

 

 

 

Le jeudi 17 mai 2018, Michael Stürzenberger était convoqué devant la justice à Munich pour avoir publié, sur Facebook, une photo montrant les connections ayant existé autrefois entre une partie de l’islam et le national-socialisme. La méthode utilisée afin de le persécuter judiciairement était particulièrement perverse : il lui était reproché le fait que, sur ce document historique, un dignitaire national-socialiste portait un brassard à croix gammée et il était, par conséquent, accusé de diffuser un signe interdit, cela alors que la loi prévoit une exception pour des photos historiques et que la presse du système publie ce genre de document.

 

 

 

 

Le procès s’est déroulé sous haute surveillance. Les personnes désirant y assister ont vu leur carte d’identité être photocopiée et elles ont dû laisser leurs clés, portefeuille et autres objets dans un vestiaire tenu par la police.

 

 

 

 

Le policier qui avait introduit la plainte contre Michael Stürzenberger était entendu comme témoin. Il s’est exprimé de manière inaudible pour les personnes assistant au procès. Certaines de celles-ci sont intervenues et la juge les a rabrouées. Stürzenberger s’est vu refuser le droit d’utiliser comme moyen de défense la citation de sourates violentes du Coran et de l’ouvrage Le Fascisme islamique d’Hamed Abdel-Samad, alors que ce livre avait été cité dans le texte sur Facebook accompagnant la photo.

 

 

 

 

Curieusement, la juge a lu longuement et en détail une condamnation reçue par Michael Stürzenberger, pour délit d’opinion, à l’étranger, à Graz en Autriche.

 

 

 

 

Le verdict est ensuite tombé : une condamnation à six mois de prison avec sursis et à cent heures de travail social, la juge ajoutant qu’en publiant cette photo, Michael Stürzenberger a diffamé les musulmans.

 

 

 

 

Le député, au Parlement polonais, du parti gouvernemental Droit et Justice (Prawo i Sprawiedliwość) Arkadiusz Mularczyk désire, désormais, amener cette affaire devant le Conseil de l’Europe car elle concerne la liberté d’expression sur le continent. La télévision publique polonaise a évoqué cette affaire alors que les médias du système, en Allemagne, ne l’ont quasi pas abordée.

 

 

 

 

Ayant assisté au procès de Michael Stürzenberger, que je connais depuis plusieurs années, je dois avouer que la manière dont celui-ci s’est déroulé montre que l’État de droit n’existe plus en Allemagne.

 

 

 
 
 
 
 

09:23 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

12/06/2018

AVORTEMENT:

 

 

 

 

 

 

UN BLASPHÈME D’AUJOURD’HUI : PROPOSER D’ACCOUCHER DE SON ENFANT !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’amour relié au foyer naturel, primitif, celui constitué d’un homme et d’une femme, est aujourd’hui devenu tabou et évoquer la possibilité de ne pas avorter devient un blasphème.

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
Professeur certifié de Lettres Classiques
 
 

 

 

 

« Blasphémer » vient du verbe grec « blaptein », qui signifie « léser, nuire », et du substantif « phèmè » : « présage », « rumeur », « réputation » : il indique donc, à l’origine, « un présage de mauvais augure » et, très rapidement, « des paroles impies ». Le blasphème ne doit pas être confondu avec le tabou, sujet délicat qu’un groupe social n’aborde pas ou n’aborde qu’avec une extrême prudence car gênant et relevant d’une approche intime, personnelle, individuelle. Les révolutionnaires de 1789 se sont révoltés contre une Église qu’ils accusaient de rigidité et d’obscurantisme, bref, d’abus de blasphèmes et de tabous : il était donc convenu que le temps de la liberté de parole et de pensée était enfin arrivé…

 

 

Mais aujourd’hui, quel héritage nous a légué cette idéologie révolutionnaire qui visait à prendre le contre-pied de l’Église ou, au mieux, à l’adapter à une sorte de dogme simplement citoyen ? Nous avons, en fait, hérité d’un féminisme à outrance, avec son écriture inclusive chaotique, et d’une censure exercée jusque dans les événements les plus naturels de la vie : la conception d’un enfant.

 

 

 

Ainsi, l’amour relié au foyer naturel, primitif, celui constitué d’un homme et d’une femme, est aujourd’hui devenu tabou et évoquer la possibilité de ne pas avorter devient un blasphème. L’habit revêtu est celui de la loi (relève-t-il, pour autant, de la justice ?), mais il s’agit bien de blasphème : les associations, chrétiennes notamment, subissent une pression inacceptable et des agressions de plus en plus fortes car elles osent rappeler, voire révéler dans certains cas, ce qui jusqu’ici passait pour une évidence : l’avortement n’est pas obligatoire, voire peut être bouleversant pour la mère et le père, dont (avec le premier concerné : l’enfant) on ne parle presque jamais.

 

 

 

 

Cécile Edel, président de l’association Choisir la vie et vice-président de l’association La Marche pour la vie, en fait elle-même le constat. Dans un entretien donné au site Le Rouge & le Noir, publié le 13 janvier 2018, à la question « L’adoption, l’année dernière, de la loi sur le délit d’entrave à l’avortement a-t-elle eu des conséquences pour les associations pro-vie ? », voici ce qu’elle répond :

 

 

 

 

« Depuis le vote de cette loi, sur les réseaux sociaux ou dès qu’il y a débat sur l’avortement, nous assistons de la part de ceux qui sont pour l’IVG à une agressivité de plus en plus significative. Un climat malsain de délation et de dénonciation s’est instauré avec souvent des menaces de poursuites judiciaires juste parce que nous avons osé écrire ou dire que nous étions contre l’avortement ou même, tout simplement, qu’un embryon n’était pas qu’un amas de cellules ! C’est très grave ! Nombreux sont ceux qui utilisent aujourd’hui cette loi (alors qu’ils n’ont même pas lu les termes de celle-ci) pour faire taire ceux qui défendent la vie et entraver leur liberté d’expression. »

 

 

‌”

Ainsi, proposer de garder un enfant devient une abominable entrave à la laïcité répressive du XXIe siècle qui cherche à promouvoir l’avortement : on se demande, alors, quel est l’intérêt de forcer l’intégration de centaines de milliers de « migrants », dont les familles sont souvent plus nombreuses que celles des populations autochtones des pays de cette Union européenne qui oblige à les accueillir de manière laxiste… Et si « l’accueil inconditionnel », ce n’était pas que pour les migrants, mais aussi pour ces petits ?

 

 

 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

09:36 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

05/06/2018

LE PRINCE CHARMANT EST DÉMASQUÉ :

 

 

 

 

 

 

 C’EST UN

PRÉDATEUR SEXUEL !

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

L’hystérie féministe ne connaît pas la crise. En plein essor en France avec, entre autres gags, la journée du matrimoine-patrimoine, une mère de famille anglaise surenchérit dans l’humour en demandant à l’école de son enfant qu’elle cesse de raconter « La Belle au bois dormant » au motif que le baiser du prince charmant n’est pas consenti par la jeune fille endormie. Selon cette humoriste involontaire, la séquence pose un problème d’agression sexuelle. La foldingue d’outre-Manche ne semble pas avoir remarqué que ce fameux baiser sort l’héroïne du très long sommeil dans lequel elle avait été plongée bien malgré elle. Il la sauve ! L’andouille anglaise vient donc enrichir la matrimoine-patrimoine culinaire du Royaume-Uni. Mazette ! Dure riposte face au boudin français label EELV qui va devoir innover en proposant Blanche-Neige avec sept nains transgenres. Quatre grincheuses et trois simplettes feront l’affaire.

 

 

 

 

 

 

Dans cette logique féministe tendance psychiatrique, les sauveteurs devront réfléchir à deux fois avant d’opérer un bouche-à-bouche sur une femme en détresse respiratoire. Le risque de poursuites est immense. Sauvez-la, mais à vos risques et périls ! Vous aurez été prévenus. Quant aux massages cardiaques qui voient les mains du médecin entrer en contact partiel avec le sein de la malade… Pas de ça chez nous ! On laisse la malheureuse s’éteindre paisiblement, on passe son chemin, on regarde ailleurs… On sifflote…

 

 

 

 

 

 

Bref, quoi qu’il arrive, l’homme est coupable. Quoi qu’il fasse, quoi qu’il répare ou soulage, c’est un salopard. Axiome premier. Et unique. L’obsession de quelques paranoïaques délirants interpelle le bobo toujours en recherche d’une nouvelle inégalité, si possible niaise à souhait. Toujours prêt à se mobiliser pour la frivolité la plus insignifiante, il s’indigne. Demander l’heure à une femme est ignoble ! Partie d’une pulsion pertinente, la cause s’emballe et finit sa course dans le cloaque du n’importe quoi.

 

 

 

 

 

 

 

Revendications sans queue ni tête et demandes imbéciles pourraient, à terme, créer l’effet inverse de celui recherché. Trop d’andouille anglaise gâche le repas.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

09:44 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)