Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/01/2021

La GPA:

 

 

Nouvelle illustration de la théorie de l’aliénation de Marx.

 

 

 

belly_pregnant_woman_close_up_cute_pregnant_belly_pregnant_woman_pregnancy_motherhood-611041.jpgd_-845x475.jpeg

 

 

 

 

 

Le domaine des sciences dites « humaines » ou « sociales » est souvent le lieu des pires impostures intellectuelles, une sorte de niche pour faussaires académiques que l’université sécrète et subventionne grassement – même si les soi-disant « chercheurs » ne se trouvent guère assez payés – par la manne publique.

 

 

 

Marlène Jouan fait partie de cette imposante cohorte de fonctionnaires rémunérés pour brasser du vent, du moment que celui-ci souffle dans le sens de l’écriture inclusive, des études de genre et, d’une manière générale, du saint progrès, c’est-à-dire, au sens postmoderne du terme, la meilleure façon de marcher sur la tête. Dans une tribune publiée dans Libération (24 octobre), cette « chercheuse » à l’université Grenoble-Alpes soutient, au milieu d’un sabir jargonnant de sociologue en chambre, cette thèse hallucinante qu’in fine, le fait de « porter » un enfant pourrait objectivement s’analyser comme un travail salarié à part entière.

 

 

 

Au prix d’une argutie gauchie et sophistique, la donzelle ose le rapprochement avec les habituelles tâches domestiques qui, venant doubler les journées épuisantes du couple moyen passant la majeure partie de son temps dans l’entreprise, pèseraient davantage sur les femmes. Il s’ensuivrait alors une assignation des tâches qui serait le fruit d’un déterminisme culturel et historique, lequel conduirait généralement ces dernières – notamment lorsqu’elles sont mères – à occuper, à l’extérieur, des emplois quasiment similaires aux activités domestiques ou ménagères, où l’amour rentrerait si peu en ligne de compte comme ces « métiers peu qualifiés et rémunérés de la dépendance et de l’assistance, de la socialisation et de l’éducation : aides ménagères et assistantes maternelles, auxiliaires de vie, aides-soignantes et infirmières, enseignantes du premier degré, secrétaires ». Les nounous agréées et les institutrices apprécieront cette arbitraire condescendance de classe…

 

 

 

À partir de là – si le lecteur, qui se serait involontairement égaré dans le labyrinthe d’un raisonnement spécieux, ne nous a pas lâché en cours de route –, parce qu’un tel état d’inégalité ne paraît pas « nous plonger dans une grande perplexité morale », « l’auteure » sous-entend que ces professions susdites s’apparenteraient à des travaux d’esclaves d’autant plus dégradants qu’ils seraient encore majoritairement occupés par des femmes.

 

 

 

Dès lors, parce que nous ne serions pas choqués par ces emplois domestiques externalisés, nous ne devrions pas l’être, non plus, s’agissant des « mères porteuses », déplorant que « tel qu’il est posé en France, le débat public sur la GPA n’envisage pourtant pas qu’il puisse s’agir d’un travail ». Aussi, argumente-t-elle de plus fort, « comment ne pas reculer devant la GPA […] si le travail qui suit l’accouchement est déjà une “boîte noire” ou un impensé de la maternité ? » En d’autres termes, il convient de dissocier impérativement la maternité de l’amour maternel, condition sine qua non pour accepter socialement la GPA.

 

 

 

Ce faisant, notre « philosophe » de salon milite pour que la GPA « participe à la nécessité de repenser la question politique du travail, de ses définitions et de ses appropriations », sans voir qu’en défendant une telle position, elle tombe dans le travers dénoncé par Marx de l’aliénation, ici, non pas simplement de la force de travail, mais d’un « produit » humain issu d’une pratique mercantile abusivement qualifiée de travail au prétexte qu’une rétribution « éthique » serait versée à la mère porteuse. Or, volens nolens, avec la GPA, l’embryon, réduit à l’état de chose n’ayant qu’une valeur spécifiquement marchande, se trouve étranger à la vie humaine, à ses contingences et à ses aléas. Il est « désessentialisé » et objectivé, résumé à une consomptible valeur d’échange.

 

 

 

Tels sont les délires appointés sur deniers publics de ces universitaires de gauche ayant l’oreille du pouvoir…

 

 

 

10:41 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

13/11/2020

Les enfants à naître, victimes expiatoires des pandé-maniaques !

 

 

 

avortement-confinement.jpeg

 

 

 

Le délai « pour recourir à une IVG (interruption volontaire de grossesse) médicamenteuse hors milieu hospitalier est assoupli, passant ainsi de 7 à 9 semaines d’aménorrhée », a annoncé le gouvernement dans un communiqué de presse lundi 9 novembre 2020.

 

 

Rappelons les délais actuels pour avorter, largement rallongés depuis la déjà démoniaque loi Veil de 1975. En France, ce délai dépend de la méthode choisie pour avorter :

 

  • « l’IVG médicamenteuse » en cabinet médical est possible jusqu’à la fin de la 5e semaine de grossesse, soit 7 semaines après le début des dernières règles. (Si l’interruption volontaire de grossesse médicamenteuse est pratiquée dans un établissement de santé, ce délai court jusqu’à 7 semaines de grossesse soit 9 semaines après le début des dernières règles).
  •  
  • « l’IVG chirurgicale » (c’est-à-dire l’avortement par démembrement et aspiration) peut être réalisée jusqu’à la fin de la 12e semaine de grossesse, soit 14 semaines après le 1er jour des dernières règles.

 

 

Le confinement, prétexte pour étendre les délais pour avorter

 

 

Désormais donc, pendant l’état d’urgence sanitaire, le délai pour réaliser « l’IVG médicamenteuse » est porté de 7 à 9 semaines.

 

 

Le ministre de la Santé Olivier Véran et la ministre chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes Élisabeth Moreno ont dit avoir pris cette décision dans l’optique de « reconduire les mesures exceptionnelles adoptées lors du premier confinement ». En effet, un décret du 14 avril dernier, lors du premier confinement dictatorial à visée prétendument sanitaire, avait déjà prolongé le délai de recours à l’IVG médicamenteuse en ville de 5 semaines à 7 de grossesse (c’est à dire 9 semaines d’aménorrhée maximum) comme dans les établissements hospitaliers

 

 

La motivation : éviter une éventuelle exposition au COVID-19 des femmes désireuses d’avorter… Vaste hypocrisie, puisqu’en même temps aujourd’hui comme lors du premier confinement, les femmes souhaitant bénéficier d’une IVG médicamenteuse pouvait exprimer leur choix par téléconsultation. Donc sans déplacement !

 

 

De l’allongement des délais pour avorter aux euthanasies déguisées par injection de Rivotril dans les EHPAD, le coronavirus aura donc eu bon dos pour justifier de nombreuses avancées de la culture de mort en France !

 

 

Les futurs projets de la culture de mort

 

 

Et ça n’est pas fini ! Deux projets de lois sont en cours de discussion au parlement pour étendre les possibilités de recours à l’avortement 

:

 

  • En effet l’Assemblée nationale a adopté début octobre une proposition de loi allongeant le délai légal de l’avortement par démembrement et aspiration de 12 à 14 semaines de grossesse. 79 députés essentiellement de gauche et de la majorité macronienne ont d’ailleurs appeler «le gouvernement à accélérer l’adoption de la proposition de loi sur l’avortement» en l’inscrivant à l’ordre du jour du Sénat…

 

 

  • Et de même l’Assemblée nationale a adopté cet été, dans le cadre du projet de loi bioéthique, un amendement ajoutant aux motifs autorisant une interruption médicale de grossesse (IMG) jusqu’au 9e mois (sic !) la « détresse psychosociale ». Le meurtre des enfants à la veille de l’accouchement…

 

 

Non au génocide des enfants à naître !

 

 

anti-avortement.jpg

 

 

 

 

 

09:09 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

27/10/2020

Charité bien ordonnée devrait commencer par la France:

 

 

 

 

France.jpg

 

         

Malgré la perte de ma foi, je ne crois pas qu’il me faille oublier les bonnes leçons que son enseignement m’a données. Je subodore que je ne dois pas être le seul à faire cette confession.

 


Bien que je me situe loin des choses de l’Église, je garde l’idée que la civilisation française est le produit de deux mille ans d’une histoire établie sur les valeurs dont la chrétienté l’a dotée.

 

Sans doute ne suis-je pas, non plus, solitaire dans cette proclamation.

 

 

Cela est aussi évident que chacun de nos villages est construit autour d’une église. Cette conviction conceptuelle me laisse croire que « charité bien ordonnée commence par soi-même ».

 

Cela est une idée chère aux chrétiens qui devrait l’être à tous.

 

Elle ne signifie pas que, si une douceur devait subsister, celle-ci devrait être accordée, par priorité, à la faveur de mon palais, mais, simple et pragmatique, que pour bien aimer (bien aider) les autres, il faut commencer par s’aimer soi-même. Il me paraît que cette vérité est, lentement, remplacée par l’amour de l’autre au détriment de soi. Il n’est que de considérer les excès qui touchent à l’accueil des immigrants et les conséquences néfastes de cet afflux massif.

 

 

Ce déterminisme souligne l’action irréfléchie des « politiques » répondant à l’inspiration confuse de certains, à moins qu’il ne s’agisse, plus pernicieusement, du contraire.

 

Cette méprise est à droite : Alain Juppé assure que l’immigration serait une chance pour notre pays (marquant un changement avec les idées qui furent les siennes). Elle est à gauche : François Hollande veut attribuer le droit de vote aux étrangers.

 

 

Chacun sait bien que « quand il y en a pour 2, il ne peut y en avoir pour 10 », donc, « quand il n’y en a pas assez pour 60 millions, il ne saurait y en avoir suffisamment pour 200.000 de plus chaque année ». Cela paraît juste évident, faut-il encore le dire et en tenir compte.

 

Il est insoutenable de s’obliger à des artifices grossiers pour faciliter ce changement. L’appel répété à la laïcité n’a pour but que de mettre sur un plan d’égalité les pratiques ici millénaires et celles d’une croyance venue d’ailleurs où la réciprocité est bannie. Notre comportement accort reçoit-il l’effet d’une reconnaissance ? La conduite des minorités visibles exogènes répond sans ambiguïté : Non.

 

La posture suicidaire de nos compatriotes, au regard de ce problème, provient d’une volonté de repentance, elle-même d’un sentiment de culpabilité, injuste. Que se reproche-t-on qui nous oblige à tant d’abnégation et d’oubli de soi ?

 

Il y a la colonisation, dont nulle démonstration n’a apporté la preuve de l’unicité supposée du préjudice comparé aux multiples apports.

 

Il y a la pratique esclavagiste qui n’est ni notre invention, ni notre apanage, tellement partagée.

 

Il y a l’Holocauste, le crime nazi dont il serait inique d’étendre l’opprobre sur tous.

 

Ainsi, devons-nous baisser la tête et renier ce que nous sommes ? Ce fatalisme prétendrait nous priver de notre identité et fouler nos valeurs ?

 

09:56 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

20/10/2020

De Gilles de Rais à Jeffrey Epstein : le pouvoir, cet aphrodisiaque suprême:

 

 

 

execution_gilles_de_rais.png

 

 

 

 

Au Moyen Âge, les grands prédateurs sexuels parcouraient la campagne à cheval. Aujourd’hui, leurs descendants spirituels sillonnent le monde à bord de leur jet privé. Les modi operandichangent, l’idée générale reste.

 

 

 

Certes, Jeffrey Epstein ne tuait pas ses victimes après les avoir abusées sexuellement, comme le célèbre Gilles de Rais, cette figure inspiratrice, dit-on, de Barbe Bleue, et compagnon de Jeanne d’Arc. Ce grand seigneur, issu de la puissante et noble maison de Montmorency-Laval, termina pendu au bout d’une corde, le 26 octobre 1440, à Nantes, après avoir été jugé par les tribunaux canonique et séculier. Il avait été reconnu coupable de « crime et vice contre nature avec des enfants de l’un et de l’autre sexe selon la pratique sodomite ». La cour ecclésiastique lui imputa au moins 140 crimes, si l’on en croit le livre de Georges Bataille (1897-1962), Le Procès de Gilles de Rais (1959).

 

 

Le monde est un village et il y a longtemps que l’église n’y a plus sa place au milieu, mais il y a toujours quelque part, un peu à l’écart, un château. Les nouveaux seigneurs, qui n’empestent plus la sueur des longues chevauchées sur leur noble destrier, peuvent, à l’abri des vues indiscrètes et vulgaires, y faire leurs petites affaires. Les modi operandi changent, disions-nous. Voire, finalement. Gilles de Rais utilisaient les services de deux rabatteurs, Henriet et Poitou, qui finirent, comme leur maître, au bout d’une corde. Aujourd’hui, époque plus sophistiquée, on parle d’une société de mannequinat dans laquelle Epstein aurait investi jusqu’à deux millions de dollars, si l’on en croit Marie Claire. Société, toujours selon le magazine féminin, qui serait « accusée d’avoir utilisé sa position pour fournir des visas à des jeunes filles mineures et permettre leur exploitation à travers le globe pour satisfaire les “besoins particuliers” d’Epstein et alimenter son trafic sexuel ».

 

 

C’est bien ça : le monde est un village. Et un village où le confort moderne a été installé. Un village aussi grand que les idées sont larges dans ce beau petit monde. Plus d’Henriet et de Poitou, vils manants de basse extraction qu’on imagine l’œil torve et le front bas, allant patauger dans les cours de fermes boueuses. Mais de très chics sociétés de mannequinat où l’on y parle sans doute trois langues sur une moquette impeccable dans des costumes et des tailleurs des meilleures marques.

 

 

Gilles de Rais se pensait sans doute un haut et puissant seigneur, ayant pouvoir de vie et de mort sur tout ce qui bougeait sur ses terres. Le pouvoir ! Sur le cours du monde, sur les hommes, sur les femmes… Pouvoir de la terre et du nom, autrefois. Pouvoir de l’argent aujourd’hui. En 1976, Henry Kissinger, qui ne pensait qu’au cours du monde, déclarait au Guardian que le « pouvoir est l’aphrodisiaque suprême ». Rien ne change, sauf que le pouvoir n’est peut-être plus là où l’on pense qu’il est.

 

 

execution_gilles_de_rais.png

 

 

 

10:41 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

16/10/2020

THÉORIE DU GENRE :

 

 

 

 

 

CDGE_065.jpg

 

 
 
 

 NOS ENFANTS PLUS MENACÉS QUE JAMAIS

 

 

 

Faire mine de reculer pour mieux sauter, telle est la tactique adoptée par Najat BelKacem  , ministre de l’éducation, pour généraliser, sous un autre nom, ces ABCD de l’égalité, expérimentés par son prédécesseur et visant à inculquer la théorie du genre aux enfants des écoles maternelles et primaires.

 

 

 

En créant et en étendant du primaire au secondaire son « plan d’action pour l’égalité entre les filles et les garçons à l’école », le ministre répond donc aux injonctions des LGBT, qui, manifestement, co-gèrent désormais l’éducation nationale avec les syndicats d’enseignants et de parents, tous lobbies qui n’ont surjoué l’indignation devant la prétendue reculade sur les ABCD que pour mieux aider le ministre à endormir les opposants à ce funeste projet. Du reste, Najat BelKacem a vendu la mèche : ce plan sera encore plus « ambitieux » que les ABCD... Les parents sont prévenus !

 

 

Les professeurs des écoles seront formés à combattre les « préjugés » ou « stéréotypes » sexistes (et notés en conséquence ?) et une « mallette pédagogique [sic] » les aidera à convaincre leurs élèves, âgés de 2 à 11 ans !, que leur « genre » ne doit pas leur être dicté par des parents castrateurs — auxquels, du reste, il serait préférable de retirer la charge d’éduquer leurs enfants, comme le souhaitait Vincent Peillon... — ...mais par des intervenants LGBT ?

 

 

 

En effet, la Commission nationale consultative des droits de l’homme (émanation de Matignon), le 27 juin, comme par hasard la veille de la « marche des fiertés » et trois jours avant la décision publique du ministre, a invité celui-ci à intensifier la lutte contre les « LGBTphobies » en milieu scolaire, notamment en y renforçant les interventions des LGBT.

 

 

Nos enfants sont plus menacés que jamais !

 

 

François Marcilhac

 

 

anti-avortement.jpg

 

11:12 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)