Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/08/2019

Les enfants nés de PMA demandent déjà des comptes : cela devrait nous alerter…

 

 

 

 

 

 

2017-05-16-09-49-54-900x600-845x475.jpg

 

 

 

 

On vient de découvrir l’Amérique : les enfants existent. Ils ont même des droits. Au moment où les lois de bioéthique sont présentées au Conseil des ministres, une tribune, publiée dans Le Monde, le 12 juillet, par Kharla Livingston, appartenant au collectif Droits des enfants d’abord, donne la parole aux « muets du sérail », selon l’expression heureuse de Folscheid.

 

 

 

Comme dans l’Évangile, les muets se mettent à parler et les sourds à entendre. Les enfants demandent à avoir accès à leur identité biologique, dont les adultes les ont privés par leurs techniques procréatives. Les adultes parlent des « traumatismes programmés » infligés aux enfants privés de filiation. Il fallait rien moins que des études scientifiques pour que la parole se libère. Car une histoire, c’est important. Être traité comme un sujet et non comme un objet, c’est également important. Ne pas être discriminé, aussi, est important. La levée de l’anonymat du donneur va occuper le législateur un bon bout de temps et le mettre, s’il se prend au jeu, dans un imbroglio juridique inédit. Le conduire à des cas de figure impossibles. Ouvrir les vannes au grand marché libre de la procréation. Adieu, la spécificité de notre droit français. Adieu, papa maman ?

 

 

 

 

Que dit l’article 1 de la Table de la loi bioéthique ? « Le don de gamètes n’engage pas son auteur au-delà de son acte. » Pour Axel Kahn, le problème est d’une simplicité biblique. Dans un article du Figaro en date du 11 juillet, notre généticien de haut vol, interrogé sur la PMA, répond : « Est-ce que les femmes ont droit de se marier ? Oui. Est-ce qu’un couple de femmes est légitime ? Oui. Est-ce qu’un couple de femmes est fertile ? Non, donc, on est face à un couple légitime de femmes infertile. De même que certains couples hétérosexuels sont infertiles par incompatibilité… la loi apporte une solution médicale à une infertilité du couple. » Quant au sperme, le donneur français, connu pour sa générosité, va être généreux. Reste la nouvelle filiation à inscrire dans notre droit. On connaît la chanson par cœur : vous ne pouvez pas être homophobe et réactionnaire ; cette loi ne vous enlève rien ; c’est un fait scientifiquement prouvé que les enfants, nés par PMA ou GPA, ne sont pas plus malheureux que les autres. Précédemment, M. Kahn, avait dit qu’il fallait être « totalement intraitable » envers « les groupes de pression » incitant à « l’intoxication par le vin ». Alors, pourquoi ne pas « étendre » cette exemplarité aux autres groupes de pression, sans exception ?

 

 

 

La « multiparentalité » existant depuis des siècles, il est grand temps, dit-on, de l’intégrer dans la loi. Le progrès, c’est le retour en arrière. Le retour en arrière, c’est maintenant. Maintenant, il faut occuper les médias par les délires procréatifs, par les phobies du jour, par les candidatures politiques du moment, par les fessées. Il y a aussi le sport. L’État remue son grand corps chaud face à la crise migratoire, au chômage, à la violence. Pour ne rien dire d’une histoire de homards embarrassante.

 

 

 

09:50 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

30/07/2019

PMA : le secret de Polichinelle:

 

 

 

 

 

 

belly_pregnant_woman_close_up_cute_pregnant_belly_pregnant_woman_pregnancy_motherhood-611041.jpgd_-845x475.jpeg

 

 

 

 

Le gouvernement poursuit sa politique des petits pas. Ne faisons pas son jeu et tenons-nous en, d’un pied ferme, au projet de loi à venir concernant la PMA. Rappelons les points fondamentaux : la loi ; la technique ; le business ; l’homophobie.

 

 

A) La loi : la loi du Code de la santé 2004-800 du 6 août 2004, modifiée en 2011, permet, dans des conditions précises, aux couples hétérosexuels infertiles de bénéficier d’une PMA : FIVE ou IAD avec tiers donneur anonyme. Certes, dans la future loi, l’eugénisme est à craindre et la procréation de confort, mais une loi porte sur un point précis : ici, l’extension, au nom de l’égalité entre les femmes, en couple ou célibataires, d’une pratique jusque-là réservée à certaines. C’est donc être imprécis que de parler de « PMA thérapeutique » car l’IAD ne relève aucunement d’une thérapie. C’est un secret de Polichinelle.

 

 

Dans une interview à Causeur, le 10 avril 2019, Marc-Olivier Fogiel, pointant un « privilège », dénonce « une discrimination faite aux femmes lesbiennes dont l’infertilité est endogène ». Il dit : « Au bout d’un an ou deux, le médecin fatigue de revoir un couple hétérosexuel qui n’y arrive pas et sort l’ordonnance. » Caroline Mecary ne dit rien d’autre, mais pas trop fort, afin de garder cette carte de l’égalité à sortir au bon moment. Beaucoup semblent gênés de dénoncer les pères sociaux ou menteurs au sein des couples hétérosexuels. Or, si on tait ce secret, on n’arrivera à rien. Mais, me direz-vous, que faire ? Ne pas étendre la loi existante, ne plus rembourser les IAD hétérosexuelles par la Sécurité sociale et laisser le couple devant sa liberté. Mettre également le législateur dans l’embarras : car supprimer la clause d’infertilité, lever l’anonymat du donneur sont des solutions qui institutionnalisent l’insémination d’État et mettent définitivement fin à la paix des familles, déjà compromise par les tests ADN informatisés.

 

 

B) La technique a étendu son empire sur nous au point que, fascinés par elle, nous partons de ce qu’elle fait au lieu de ce qui est. À la technicité de ses réalisations, nous répondons, sur son terrain, par notre discours technicisé. Nous nous enfermons dans un guêpier juridique au lieu de partir du réel : l’enfant, un être fait de chair et de sang, une personne.

 

 

C) Les gamètes : le sperme n’a rien à voir avec le sang. La campagne de l’agence de biomédecine (2017) émanant du ministère de la Santé porte atteinte à la non-marchandisation de l’être humain : le don gratuit de sperme n’existe pas.

 

 

D) L’argent : la PMA fait partie d’un marché mondial de la procréation et relève du business, tout le monde le sait.

 

 

E) L’idéologie : elle prospère toujours sur l’accusation ou le soupçon « d’homophobie ». Il suffisait d’écouter, hier encore, Mme Martichoux, interrogeant l’archevêque de Paris, sur RTL, pour s’en convaincre, si besoin était.

 

 

F) Le Code civil : puisqu’elle concerne le Code de la santé et le Code civil, si cette loi passait, nous cautionnerions, dans la patrie de la liberté, de l’égalité et de la fraternité, plusieurs filiations.

 
 
 

09:09 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

23/07/2019

Protection de l’enfance : la famille au cœur du projet ?

 

 

 

 

 

2017-03-08-17-13-11-900x600-845x475.jpg

 

 

 

 

 

Vendredi 25 janvier 2019 a été annoncée la création d’un secrétariat d’État pour la Protection de l’enfance. Quelle belle idée, à l’heure où notre société traite parfois très mal les plus vulnérables ! « La qualité d’une société se mesure à l’attention qu’elle porte aux plus faibles de ses membres »(Jérôme Lejeune).

 

 

On pourrait faire un chapitre sur l’isolement de nos aînés dans les EHPAD, sur les handicapés ou sur la fracture sociale et nos neuf millions de pauvres. Mais concentrons-nous donc sur la place que l’on donne à nos enfants.

 

 

S’il y a création de ce secrétariat d’État, c’est qu’il y a de vrais enjeux derrière.

 


Souhaitons-nous vraiment protéger les enfants et les futurs enfants ? Sommes-nous prêts à mettre tout en œuvre pour le bien des enfants, prioritairement au bien des adultes ? Avons-nous conscience qu’il en va de l’avenir de nos familles, de notre style de vie, de notre civilisation ?

 

 

Nos tout petits enfants pourraient nous poser des questions qui bousculent :

 


– Moi, tout petit enfant, la société va-t-elle accepter que je puisse naître, ou est-ce que cela va dépendre uniquement du bon désir, du contexte ou des envies des adultes ?

 


– Moi, tout petit enfant, la société me garantit-elle le droit d’avoir un père et une mère, ou est-ce que cela dépend des souffrances, des caprices ou du goût pour la transgression des adultes ?

 


– Moi, tout petit enfant, la société va-t-elle m’aider à me construire une identité solide et naturelle de garçon ou de fille, ou est-ce que cela va dépendre des théories des adultes ?

 


– Moi, tout petit enfant, la société va-t-elle favoriser le fait que je puisse vivre dans un cocon familial confortable et joyeux, ou est-ce que cela va dépendre des problèmes des adultes ?

 


– Moi, tout petit enfant, la société va-t-elle laisser mes parents me transmettre une culture, une histoire, des racines, des valeurs humaines fortes, un héritage, ou est-ce que cela va être remis en question sans cesse par les idéologies des adultes ?

 


– Moi, tout petit enfant, la société va-t-elle me laisser vivre mon enfance à mon rythme, où est-ce qu’elle va m’exposer trop vite à toutes les sortes de violences ignobles et d’injustices des adultes ?

 


– Moi, tout petit enfant, la société va-t-elle m’encourager à grandir avec exigence et bienveillance, ou est-ce que je vais être tiré vers le bas, loin de tout idéal, par des adultes sans vision ni audace ?

 

 

La culture et l’ambition de la vie sont rudement violentées, en France.

 


Il y a des bases à respecter : pour savoir où on va, il est très utile de savoir d’où l’on vient. Pour réussir, il faut des racines et des ailes, l’un sans l’autre, c’est plus compliqué.

 

 

Favoriser l’altérité homme/femme produit naturellement un équilibre, une complémentarité, une force.

 

 

Les enjeux autour de la vie et de l’éducation affective des enfants sont de vrais combats à mener aujourd’hui. Sans attendre.

 

 

Les repères et les valeurs que l’on donne avec assurance et justesse sont autant de chances que nos enfants puissent devenir des adultes forts, justes, épanouis, ouverts et libres. L’indifférence, l’individualisme, le matérialisme, l’égoïsme, le faux féminisme, l’égalitarisme, mais aussi nos difficultés du quotidien ou notre surcharge de travail rongent méthodiquement notre sens de la transmission.

 

J’imagine donc que la création de ce secrétariat d’État est une bonne nouvelle.

 

 

J’imagine qu’il va remettre au cœur de la pensée politique une ambition familiale solide, pérenne, équilibrée, écologique et humaine.

 

Hélas, je vois arriver, sans consensus, sans précaution, sans pitié, sans respect, la PMA sans père (merci pour eux) et la PMA post-mortem (incroyable).

 

 

Je vois arriver une loi de bioéthique lourde, agressive et nocive pour nos enfants, pour l’être humain. Une loi qui ne sera ni bio ni éthique. Mais chimique et transgressive.

 

 

Nous sommes à un tournant. Réveillons-nous !

 
 

08:54 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

02/07/2019

Quand les cours de récréation se mettent au goût de l’idéologie du genre:

 

 

 

 

1200px-École_maternelle_Sainte_Marie_Saint-Pol-de-Léon-845x475.jpg

 

 

 

Dans les cours d’école, des garçons jouent au foot et occupent un vaste terrain, délimité par des lignes blanches, tandis que les filles sont reléguées sur les côtés, occupées à des « jeux de filles » ou à papoter. Une supériorité territoriale, une discrimination insupportable qui conduisent certaines municipalités à réaménager les espaces de jeu pour contrer ce phénomène inégalitaire. Après Trappes, la ville de Rennes prévoit ainsi de doter ses deux futurs groupes scolaires d’espaces « non genrés ». Au nom de l’égalité filles-garçons et du combat « contre les stéréotypes de genre ».

 

 

Il ne s’agit pas de nier la nécessité d’appendre aux élèves de maternelle ou de l’école primaire à se respecter, à ne pas s’approprier des espaces ni même des jeux. Une conseillère municipale de Rennes, déléguée aux droits des femmes, explique que « les enfants sont imprégnés de l’idée d’une inégale valeur entre ce qui est féminin et masculin et la mixité ne garantit pas l’égalité filles-garçons », ce qui part sans doute d’un bon sentiment. Mais l’argumentation des partisans de ces nouvelles cours de récréation fait penser, jusque dans le vocabulaire, aux thèses contestables des « études de genre ».

 

 

On passe facilement de la question légitime de l’égalité entre filles et garçons, qui tient de l’éducation, à celle, plus controversée, du genre, qui tient de la construction idéologique. On se souvient de la polémique soulevée par les positions ambiguës de Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes, puis ministre de l’Éducation nationale, sous le mandat de François Hollande. D’autant plus que cette polémique était concomitante au débat sur le mariage pour tous.

 

 

Autant il est légitime de lutter pour l’égale dignité entre filles et garçons et contre les discriminations sociales ou financières qui subsistent parfois, quand ils sont adultes, autant il est dangereux de nier leurs différences. Qu’on laisse les enfants, quel que soit leur sexe, jouer avec les jouets qui leur plaisent ou aux jeux individuels ou collectifs qui les attirent n’a rien de choquant. Si un garçon veut jouer à la poupée et une fille avec un camion de pompiers, cela ne va pas bouleverser la société.

 

 

En revanche, vouloir à tout prix désexuer les jeux relève plus de l’idéologie que de la nature. La grande majorité des filles joue à la poupée. C’est peut-être en partie d’origine culturelle, mais ce serait faire preuve d’un esprit bien sectaire que de nier que ce puisse aussi être une tendance naturelle. Ce n’est pas être vieux jeu que de penser qu’il est normal qu’une fille ait envie de jouer à la maman. Ni d’estimer qu’il vaut mieux, pour un enfant, avoir un père et une mère, même si les accidents de la vie font que ce n’est pas toujours le cas.

 

 

La véritable égalité ne consiste pas dans la confusion des genres. Bien au contraire, nier les différences entre filles et garçons, c’est leur ôter ce qui fait leur spécificité et leur richesse.

17:52 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

25/06/2019

Il est temps que les « conservateurs » osent s’attaquer à l’avortement:

 

 

 

 

IMG_6337-845x475.jpg

 

 

 

 

 

Chaque année, à la Marche pour la vie, des dizaines de milliers de jeunes Français défilent dans les rues de Paris pour proclamer leur amour de la vie et leur foi en l’avenir. Si le pape et de nombreux évêques les soutiennent, il serait temps que davantage de responsables politiques franchissent enfin, eux aussi, ce Rubicon de la pensée unique.

 

 

Dans la plupart des pays européens, comme aux États-Unis, les partis conservateurs n’ont pas peur de s’engager en faveur de la natalité et contre le recours massif à l’avortement.

 

 

En Europe, mais aussi en Amérique, les gouvernements conservateurs ont tous entrepris de soutenir les familles et la natalité et d’aider à éviter l’avortement. C’est le cas, à présent, de l’Italie qui s’inspire de la Hongrie, où le nombre d’avortements annuels est passé de 40.500, en 2010, à 28.500, en 2017. Sur la même période, le nombre de divorces annuels est passé de 24.000 à 18.600, tandis que celui des mariages est passé de 35.520 à 50.600. La Hongrie dépense, actuellement, 4,8 % de son PIB dans la politique familiale, contre 2,55 %, en moyenne, pour les pays de l’OCDE. La Pologne fait de même. Aux États-Unis, le nombre d’avortements n’a jamais été aussi bas. Donald Trump et Mike Pence se sont fermement engagés en ce sens, soutenus par la majorité de la population et, à présent aussi, par celle de la Cour suprême. En Russie, Vladimir Poutine fait de même, adoptant une série de mesures d’aide aux familles. Il faut dire que la Russie revient de loin : il y a eu encore 850.000 avortements en 2015, contre 2.140.000 en 2000.

 

 

 

En France, contrairement aux voisins européens, le recours à l’avortement ne diminue pas ; il est même deux fois plus élevé qu’en Allemagne et en Italie, et nous continuons à le promouvoir comme une « grande liberté », une « condition indispensable pour la construction de l’égalité réelle entre les femmes et les hommes et d’une société de progrès » (résolution du 26 novembre 2014).

 

 

Ce parti pris idéologique est suicidaire. Pourquoi un tel acharnement ? Peut-être simplement par désespoir ; car pour transmettre la vie, il faut encore croire en l’avenir. Ce n’est pas un hasard si ce sont les peuples, les communautés et les familles qui sont les plus attachés à leur culture qui ont le plus d’enfants. Il semble qu’il faille aussi croire en Dieu pour croire en l’avenir. Ce sont les familles pratiquantes, juives, catholiques et musulmanes, qui ont le plus d’enfants.

 

 

Une grande partie de la gauche continue à s’enfoncer dans l’acharnement idéologique. Ainsi, l’ancien ministre Yves Cochet souhaite que les allocations familiales soient dégressives et qu’elles disparaissent « à partir de la troisième naissance » car « ne pas faire d’enfant supplémentaire, c’est le premier geste écologique », a-t-il osé déclarer. Cette thèse universaliste, écologiste et néo-malthusienne est un leitmotiv, depuis plus d’un siècle, des mouvements athées de la libre-pensée. Yves Cochet recommande également aux Français de « faire moins d’enfants » pour « mieux accueillir les migrants qui frappent à nos portes ».

 

 

Face à cette gauche suicidaire, qui semble n’aimer ni la vie ni la France, il y a encore un peuple pour qui la France est la première richesse, qui ne veut pas se résigner à disparaître et qui n’a d’autre désir que celui, tout simple, de mener une vie décente de génération en génération. Ce peuple s’est manifesté avec les gilets jaunes.

 

 

 

Il y a aussi une jeunesse qui veut que la France vive. Elle aime suffisamment pour ne pas se résigner au désespoir. Elle a encore des raisons de vivre et de transmettre la vie… C’est pourquoi elle défilera dimanche, dans la joie, à la Marche pour la vie. C’est une jeunesse, belle et instruite, chaque année plus nombreuse, qui a reçu le courage avec la grâce de l’espérance.

 

 

 

 

 

09:48 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)