Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/08/2014

États-Unis :

 
 
 

 Un pasteur insulté par un professeur sur un campus

 

 

Postée le 23 avril sur YouTube, une courte vidéo tournée sur le campus de la University of Connecticut (Storrs, Connecticut) montre James Boster, professeur d’anthropologie et dévôt de la doxa évolutionniste, s’en prendre à un pasteur évangélique venu précisément pour expliquer que le dogme darwinien de l’évolution est un mensonge. On voit le professeur éructer sous le nez des évangéliques et les insulter : « Conneries ! Conneries ! Il dit que l’évolution est un mensonge ! Vous n’êtes qu’ignorance et mensonges ! Vous devriez avoir honte de qualifier de mensonge ce que vous n’avez jamais même lu  ![L’Origine des espèces de Charles Darwin] ». Puis ont voit le professeur rameuter des étudiants et les inviter à crier : « Loué soit Darwin ! ». Les jeunes s’exécutent – les examens arrivent… – et le professeur ponctue par un sonore « Amen ! ». L’université a très peu apprécié la sortie du professeur. Elle a diffusé un communiqué à cheval : « Tout le monde a droit à la liberté d’expression sur nos campus. En même temps nous attendons de notre corps professoral qu’il agisse de manière à promouvoir des controverses courtoises et s’exprime respectueusement. L’usage d’un langage insultant et d’attitudes conflictuelles, comme celles que nous constatons [sur la vidéo] ne sont pas compatibles avec les valeurs de l’Université du Connecticut ». Ce professeur s’est comporté comme un animal. Après tout, puisqu’il croit descendre du singe…

 

 

- See more at: http://www.christianophobie.fr/breves/etats-unis-un-pasteur-insulte-par-un-professeur-sur-un-campus#sthash.RhmvJOiA.dpuf

 

09:38 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

12/08/2014

États-Unis : un père arrêté après avoir protesté contre l’enseignement de la sexualité à sa fille

 

 

 

 

 

Lundi dernier, dans le New Hampshire, William Baer, un père de famille, a été arrêté au cours d’une réunion du conseil de classe de l’école de sa fille. Son tort ? Il a dit avec trop d’instance qu’il refusait qu’on fasse lire à sa fille de 14 ans un livre contenant des descriptions explicites de rapports sexuels.

 

 

Voici quelques années déjà que l’école de Gilford faisait lire ce livre à ses jeunes élèves. Jusqu’à cette année, l’école prenait cependant la précaution d’avertir les parents que ce livre avait un contenu « adulte ». Cette année, aucun avertissement n’a été considéré utile. Et la fille de William Baer, âgée de 14 ans, a expliqué à son père qu’elle avait été choquée par certains passages de cette lecture scolaire obligée.

 

 

William Baer avait essayé sans succès d’obtenir un rendez-vous avec la direction de l’école à ce sujet. Il a donc profité de cette réunion du conseil de classe pour dénoncer un contenu inadapté. La directrice de l’école n’a pas apprécié d’être interrompue et a demandé à William Baer de la respecter et de cesser de l’interrompre. William Baer a demandé que le respect soit accordé à sa fille âgée d’à peine 14 ans. D’autres parents partageaient cet avis. Mais c’est un policier qui a mis fin à la protestation de ce père de famille.

Ce père de famille souhaitant protéger l’innocence de sa fille a fini les poignets menottés et risque une amende pouvant monter à 1.200 $.

Le nouvel ordre sexuel mondial est en marche et s’impose un peu partout par un totalitarisme de plus en plus apparent.

 

 

00:43 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

01/08/2014

Enseignement :

 Une charte des programmes ambiguë

 

 

          
 
 
Il est dommage de voir un texte sur l'éducation qui aurait pu être, pour une fois, consensuel être pollué par des visées idéologiques.
 
         

Le Conseil supérieur des programmes vient de se doter d’une « charte des programmes » énonçant les principes qui doivent guider leur élaboration. Dans l’ensemble, il faut saluer ce document, le plus souvent clair, énonçant des principes qui peuvent sembler évidents mais qui n’étaient pas toujours suivis dans le passé. Ainsi, il est posé que les programmes doivent être cohérents, clairs et explicites. Il fixe également les modalités de leur élaboration et leur évaluation. Certains points peuvent cependant s’avérer problématiques.

 

 

Le préambule énonce qu’il ne peut y avoir d’instruction sans éducation. C’est assez vrai pour des matières comme le français, les langues, l’histoire. On aurait aimé, cependant, que soit affirmé le rôle prépondérant des parents dans l’éducation. D’autant que cette charte reprend le concept de compétence et la définit comme un ensemble de « savoirs, mais également savoir-faire ou savoir-être ». Ce dernier est un concept flou qui renvoie au comportement, au caractère, à la personnalité. Peut-il relever d’une école qui ne soit pas un organe de propagande ? À cet égard, on aimerait que la loi précise quelles sont les « valeurs de la République » que l’école doit transmettre, comme le document le rappelle. Pour qu’elles ne soient pas prétextes à des dérives idéologiques.

 

 

L’insistance sur l’usage du numérique est également problématique. Soit on le considère comme une discipline à enseigner nécessairement, comme les mathématiques, mais pourquoi alors en parler dans un document général où ne sont pas précisées les autres disciplines à enseigner ? Soit on en fait un moyen d’enseignement obligatoire, mais cela va à l’encontre alors de la liberté pédagogique, également prônée, et nécessaire du fait des différences entre établissements et élèves. La charte succombe à la pensée magique de l’informatique omnipotente. Mais celle-ci favorise la dispersion, le survol, le zapping quand l’instruction demande la concentration, l’approfondissement, la rigueur.

 

 

C’est que cette charte a dû faire place aux lubies pédagogistes qui se dévoilent particulièrement dans la partie consacrée aux élèves. Il y est dit que les enseignements doivent « faire sens » pour eux. Ce qui peut sembler superfétatoire car que serait un savoir qui n’a pas de sens ? Sauf que ce sens, le plus souvent, n’est perceptible qu’a posteriori, une fois qu’il est acquis. Ce qui demande souvent des exercices d’apprentissage un peu rébarbatifs. Pour avoir le plaisir de jouer Chopin, ne faut-il pas d’abord faire des gammes ? Mais pas ici. « Les programmes, lit-on, doivent permettre aux élèves de prendre plaisir à apprendre. » Que le savoir apporte le plaisir est certain. Mais c’est après un apprentissage qui demande des efforts qu’il est le plus vrai. Exiger le plaisir à toutes les étapes de l’apprentissage ne peut que tromper les élèves et les empêcher d’acquérir ce goût de l’effort qui leur permettrait de se dépasser, pas seulement dans le domaine du savoir, et d’accéder ainsi à une pleine réalisation de soi, à laquelle la charte appelle pourtant.

 

 

Il est dommage de voir un texte sur l’éducation qui aurait pu être, pour une fois, consensuel être pollué par des visées idéologiques.

 

09:24 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

29/07/2014

Suisse :

 
 

 Un temple vandalisé dans le canton de Neuchâtel

 

 

Le temple de l’Abeille, de l’Église réformée évangélique (EREN), à La Chaux-de-Fonds (canton de Neuchâtel), a été vandalisée dans la nuit de lundi à mardi. Ce serait l’œuvre d’un déséquilibré. Encore un…

 

Des haut-parleurs ont été arrachés, l’orgue est abîmé et les décorations de Pâques sont détruites. Le vandale aurait perdu les pédales. Il a été emmené dans un hôpital psychiatrique. Le culte et le repas prévus pour le Jeudi Saint auront bien lieu mais au temple Farel. Le montant des dégâts n’est pas encore estimé. Les assurances doivent venir sur place, raison pour laquelle le temple n’a pas encore été nettoyé. L’Abeille n’accueille plus de cultes dominicaux depuis quelques années. C’est toutefois une église ouverte deux après-midis par semaine. Une ouverture qui n’est pas remise en question, malgré les événements.

 

Source : RTN

 

- See more at: http://www.christianophobie.fr/breves/suisse-un-temple-vandalise-dans-le-canton-de-neuchatel#sthash.VLboK3pd.dpuf

 

09:14 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

11/07/2014

Familles : métamorphoses

 
 

Le débat sur la famille n’est pas prêt de s’apaiser. Le gouvernement socialiste a en effet besoin de donner des gages à sa gauche – et de promouvoir des lois sociétales que la droite ne contestera pas vraiment, ancrant l’idée d’un Manuel Valls rassembleur.

 

 

 

Le projet de loi APIE (autorité parentale et intérêt de l’enfant), dont le rapporteur est la députée PS Marie-Anne Chapdelaine, prévoit un mandat d’éducation quotidienne, contrat entre l(es) enfant(s), les parents et les beaux-parents ; nous disons “contrat” car le document doit être signé, joli symbole de l’artificialité de la chose, de la judiciarisation de notre société et de l’intrusion de l’État dans la sphère privée. Le projet promet de clarifier la distinction entre décisions usuelles et actes importants, ce qui nous promet surtout soit un texte impossible à mettre en œuvre, soit une “importance” vidée de sa substance. APIE prévoit aussi la double résidence, dans un esprit égalitaire : « Il s’agit de remplacer les termes de “résidence principale” et “droit de visite”, pour que la résidence soit, au regard de la loi, établie à égalité chez les deux parents », explique le député PS Erwann Binet (déjà rapporteur partisan de la loi Taubira).

 

Il y a déjà là matière à sombres réflexions, surtout en considérant la médiation sociale obligatoire à chaque séparation ultérieure des couples… Mais avec le rapport Théry, salué comme il se doit par Erwann Binet (« la société et les familles n’ont jamais attendu le droit pour avancer, pour évoluer, pour s’interroger. Merci infiniment à votre rapport, à votre considérable travail de nous inviter à nous interroger. », intervention lors de la présentation du rapport à l’EHESS, le 9 avril), toutes les inquiétudes sont permises et la nomination de la députée PS Rossignol, idéologue féministe (« Dans les cerveaux de ceux qui ne veulent pas que les enfants voient #tomboy, je vois des choses très laides et pas claires. », tweet du 19 février 2014), comme Secrétaire d’État à la famille devient une préoccupation secondaire.

 

Le rapport Théry défend en effet la transparence totale des origines, moins pour valoriser la procréation naturelle par rapport à l’adoption, la PMA et la GPA que pour instituer une filiation purement sociale : la sociologue ne veut plus singer la nature mais affirmer que le lien biologique n’est rien par rapport au lien social. Il défend bien sûr aussi, et logiquement, l’homoparentalité et la pluriparentalité, le lien social se reconfigurant au fur et à mesure des évolutions de la cellule familiale.

 

Cette obsession sociale, transparente et égalitaire est loin d’être un apaisement, comme le proclame à l’envi Irène Théry et les fervents de son rapport. Ainsi que l’a souligné Thibaud Collin le 19 novembre 2013, lors de son audition par le groupe de travail ayant produit le rapport (cf. libertepolitique.com), si l’on se “libère” de la différence des sexes pour penser la parenté, pourquoi s’arrêter au couple ? Dans sa folie démiurgique, le législateur ne veut considérer que le seul pouvoir de la loi pour instituer le lien, et les seules égalité et liberté des individu comme référent. Mais quelle stabilité promet-il, ou plutôt quelle instabilité n’institue-t-il pas ? Thibaud Collin conclue : « Bref, il me paraît urgent de ne pas aller plus loin dans la décomposition des liens unissant les adultes et les enfants dans notre société. »

 

Le rapport Théry, lui, conclue que « L’ouverture de la famille à l’autre, l’étranger, le différent, n’est plus vue aujourd’hui seulement ou principalement comme un risque pour l’intégrité du groupe, mais aussi comme une chance pour les individus. Une chance de changer, d’ouvrir son futur vers des possibilités inconnues ; une chance aussi de se poser, de s’intégrer, de donner à l’insoutenable légèreté d’un présent sans attaches, le lest de nouveaux enracinements. » S’inventer en permanence, voilà le futur inquiétant et forcément aliénant que nous promettent les apprentis sorciers de la famille.

 

Philippe Mesnard

 

09:45 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)