Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/12/2014

« Le Refuge » agrémenté par le gouvernement pour aller dans les écoles:

Après avoir déguisé les ABCD de l’égalité afin de faire taire les familles engagées dans les « Journées de Retrait de l’école », le gouvernement poursuit sa propagande homosexualiste dans les écoles et lycées au motif de la « lutte contre l’homophobie ».

 Cette fois-ci, ce sont les membres du Refuge qui en profitent : à l’issue de deux années de procédures, le ministre de l’Education Nationale Benoît Hamon vient de leur octroyé l’agrément national des associations éducatives complémentaires de l’enseignement public.  

 

 

 

L’association de « lutte contre l’homophobie et la transphobie » pourra donc désormais étendre ses actions de sensibilisation en milieu scolaire, ce qu’elle faisait déjà depuis 2010 sans la reconnaissance du ministère. En 2013 l’association était déjà intervenue dans 15000 établissements soit 400 de plus que l’année précédente.

 

 

 

Son directeur, Frédéric Gal confie que son but est d’augmenter le nombre d’interventions mais également de développer d’autres activités : « Nous aimerions par exemple lancer un projet avec le ministère dans les quartiers en difficulté, où la question de la sexualité – même pas celle de l’homosexualité – est encore un tabou. Le deuxième objectif, c’est la formation des enseignants et des travailleurs sociaux : quand des jeunes vont mal, c’est vers eux qu’ils se tournent, il faut donc les rendre à l’aise sur ce sujet et leur donner des clés pour qu’ils puissent répondre à leurs interrogations. Et surtout, démystifier et banaliser l’homosexualité 

 

10:42 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

07/11/2014

Entretien avec Aude Mirkovic:

 

Avortement (1).jpg

  

Arrêt « GPA » : « C’est la porte ouverte à tous les trafics d’enfants »

 

 

   

Que vous inspire l’annonce de la condamnation de la France par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) sur le dossier de la gestation pour autrui (GPA) ?

 

 

La France est condamnée par la Cour européenne des droits de l’Homme parce qu’elle refuse de transcrire sur les registres français d’état civil les actes de naissance étrangers des enfants nés de GPA aux Etats-Unis, en Inde ou ailleurs. Autrement dit, la Cour européenne nous ordonne de fermer les yeux sur le recours à la GPA, au nom du soi-disant intérêt des enfants concernés, ce qui est un comble : cela signifie en effet que, dès lors qu’un enfant est élevé par des Français qui l’aiment et l’éduquent, la situation constituée à l’étranger doit être reconnue en France, quand bien même elle a été constituée au mépris des droits élémentaires de l’enfant ! Plaisants droits de l’homme que ceux qui servent à valider à processus de commande, fabrication, facturation et livraison d’un enfant. C’est la porte ouverte à tous les trafics d’enfants dans le cadre notamment de l’adoption internationale : le marché des enfants a de beaux jours devant lui si les personnes peu scrupuleuses savent que, une fois l’enfant élevé et choyé en France par ses parents adoptifs, son intérêt servira de prétexte pour passer outre, le cas échéant, toutes les violations de ses droits et de ceux de ses géniteurs.

 

 

Cela ne nous achemine-t-il pas tout droit vers la légalisation de la GPA en France, au nom d’une GPA éthique qui serait un moindre mal par rapport au recours à ces GPA à l’étranger, que de fait, on autorise par cette décision ?

 

 

Tout droit, non. Cette condamnation ne nous oblige pas à légaliser la GPA, mais seulement nous interdit de sanctionner le recours à la GPA en refusant de transcrire les actes de naissance établis en exécution du contrat de GPA. Il reste encore une marge de manœuvre pour une décision politique. Mais encore faudrait-il qu’existe une volonté politique en la matière. Car, en dépit des déclarations mélodramatiques de François Hollande sur le fait qu’il n’y aura pas de GPA sous son quinquennat, le gouvernement ne prend aucune mesure pour lutter contre la GPA. En témoigne, par exemple, le fait que les sociétés étrangères démarchent en France en toute impunité des clients potentiels en vue de leur vendre des GPA. Il est hélas tout à fait probable que, rapidement, les biens pensants de l’hypocrisie ambiante vont invoquer la nécessité de soustraire la GPA aux règles du marché américain ou indien, qui sont ouvertement celles du profit, pour organiser en France une GPA dite éthique. Mais la GPA ne peut pas être éthique, elle est intrinsèquement contraire à l’éthique car, gratuite ou rémunérée, encadrée ou non, elle reste l’utilisation d’une femme comme machine à fabriquer un enfant et la fabrication/livraison d’un enfant traité comme une marchandise. Il est aussi illusoire de parler de GPA éthique que d’esclavage éthique. Encadré, surveillé, l’esclavage reste inadmissible. Même chose pour la GPA.

 

 

Voyez-vous d’autres conséquences juridiques possibles ?

 

 

En théorie, il n’y a pas d’autre conséquence juridique directe que l’obligation pour la France de transcrire les actes de naissance étrangers des enfants issus de GPA. Mais le message adressé par la Cour européenne est inquiétant : l’intérêt de l’enfant peut désormais servir de prétexte à justifier n’importe quelle maltraitance qui lui a été infligée. En revanche, le côté positif de cette condamnation est qu’elle pourrait être l’occasion pour la France de se doter enfin de moyens préventifs de lutter contre la GPA. L’idée de sanctionner pénalement le recours à la GPA, y compris à l’étranger, a déjà été évoquée par plusieurs députés. Il vaut beaucoup mieux en effet dissuader les Français de recourir à la GPA, et protéger ainsi les enfants de faire l’objet de ces contrats, plutôt que se contenter de désapprouver après coup, une fois que « le mal est fait ». Le gouvernement ne bouge pas, mais il doit bien rester au Parlement, y compris dans la majorité actuelle, des députés et sénateurs soucieux de protéger femmes et enfants contre ce fléau de la GPA. Aux électeurs de les encourager en ce sens, y compris dans la rue !

 

 

 

 

 

                                                            

 

 

 

11:07 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

28/10/2014

Christianophobie : boycottons le LCL !

 

 

 

Le Salon Beige publie : l’entreprise Laudate, qui vend des médailles de baptême et de la petite bijouterie, a ses comptes au LCL Crédit Lyonnais. Laudate est partenaire d’un certains nombres d’oeuvres catholiques telles que l’AED ou bien la Communauté Saint Martin en passant par l’Office des Chrétiens Handicapés. Laudate est également partenaire du Salon Beige (une publicité figure dans la colonne de gauche) de ce blog.

 

 

 

Le Crédit Lyonnais a demandé explicitement et de façon formelle à l’entreprise Laudate de bien vouloir retirer tout logo LCL de sa plate forme bancaire. La direction de la banque a pris aussi la décision de supprimer sur le site de paiement en ligne laudate.fr tout référence au Crédit Lyonnais, ce qui est pourtant une nécessité car elle garantit le système de paiement en ligne.

La raison donnée par le Crédit Lyonnais LCL est que l’entreprise Laudate est chrétienne et ne respecte donc pas la charte de déontologie de la banque. Il est donc bien entendu certain que l’entreprise Laudate n’a plus rien à faire au Crédit Lyonnais.

 

 

 

Au moins la banque a le mérite d’être claire, l’entreprise est chrétienne donc on ne veut pas se montrer avec elle mais continuer à empocher l’argent !. Probablement pour ne pas entacher sa e-réputation, les escrocs du LCL ne souhaitent pas être associés aux chrétiens en France. Nous sommes donc des pestiférés avec qui ils ne veulent pas être vus ! Aux chrétiens/patriotes qui ont des comptes personnels ou professionnels dans cette banque, clôturez vos comptes, livrets et autres épargnes,  aujourd’hui c’est extrêmement simple de changer d’établissement.

 

 

Et concernant les autres religions ?

 

 

En faisant des recherche sur internet on se rend compte rapidement que le LCL a fermé des comptes d’associations islamiques (voir ici et ici) en raison de la provenance trouble de certains fonds sur leurs comptes (beaucoup d’espèces etc…) mais jamais en raison de leur appartenance à l’islam !

 

 

 

Concernant les juifs, des boutiques sur internet se servent du paiement en ligne du LCL en l’affichant ostensiblement comme la librairie-du-progres.com :

 

Maintenant imaginez une seconde le scandale énorme provoqué par un courrier envoyé à une boutique juive et/ou islamique qui stipulerait que : « l’entreprise x est juive et ne respecte donc pas la charte de déontologie de la banque » ou bien que « l’entreprise x est musulmane et ne respecte donc pas la charte de déontologie de la banque » et que par conséquent les références au LCL doivent disparaître.

 

 

Nous ne devons pas nous laisser faire, appelez le siège de la banque ou envoyez un courrier pour manifester votre indignation :
09 69 36 30 30 (appel non surtaxé)
20, Avenue de Paris, 94811 Villejuif Cedex

Crédit Lyonnais.jpg

 

 

 

10:09 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

21/10/2014

Les belles victoires des « pro-vie » américains !

 

 

 

 

Voilà des chiffres qui devraient encourager tous les militants qui tentent d’enrayer la progression effrayante de la culture de mort conjuguée à l’acharnement de nos gouvernements à détruire notre civilisation millénaire. Les efforts finissent par payer, au prix d’une lutte incessante mais surtout persévérante. Alors qu’une énième manifestation est prévue dans les rues de Paris et Bordeaux dimanche prochain, certains sont tentés de ne plus y croire… Les résultats des lobbies « pro-vie » américains prouvent qu’il ne faut effectivement rien lâcher.

 

Tous les indicateurs culturels de nos sociétés occidentales semblent aller dans le mauvais sens : l’immigration et l’islamisation ne cessent de progresser, la consommation de drogue explose, les gens ne se marient plus, les lois iniques se multiplient et de trop nombreux enfants sont encore tués dans le sein de leur mère… Pourtant, aux Etats-Unis où les organisations opposées à l’avortement sont particulièrement actives et efficaces, les résultats sont là : le nombre d’avortements baisse de manière significative.

 

Ce nombre pour 1000 femmes est en effet passé de 20,9 à 16,9 entre 2001 et 2011, chiffre le plus bas depuis 1973, année durant laquelle l’avortement a été légalisé aux Etats-Unis. Plus d’un million d’enfants sont encore avortés chaque année et le combat n’est pas gagné, mais les esprits changent : dans un récent sondage mené par l’institut américain Gallop entre 2009 et 2014, six personnes interrogées sur dix se sont identifiées comme « pro-vie », un ratio qui permet donc largement d’espérer.

 

 

Depuis l’interdiction de l’avortement par naissance partielle en 2003 à des mesures restrictives contre l’avortement votées dans différents états, les victoires sont réelles et régulières. Depuis 2011, plus de 200 textes de loi pro-vie ont été adoptés dans la moitié des états américains grâce à l’engagement permanent de ces lobbies partout présents.

 

L’une des grandes victoires de ces organismes a été de se préoccuper autant des futures mères que des enfants à naître, notamment en s’occupant de trouver des familles d’adoption. Ils ont rendu aux femmes un choix de possibilités qu’on leur avait volontairement rendu inaccessible. Mais c’est aussi la compassion qui anime ce mouvement qui aide les femmes à choisir la vie qui les pousse à servir également celles qui la refusent, une démarche largement appréciée dans une société si individualiste…

 

Le message est finalement clair : il est possible de récupérer notre culture, de gagner du terrain sur la culture de mort par un travail acharné, de la créativité, une attention constante sur les débats politique mais également un service quotidien des personnes de l’entourage le plus proche.

 
 

 

09:33 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

17/10/2014

Gestation Pour Autrui.

 

 

Légalisation de la GPA :

quand l’Europe s’en mêle !

 

Comme nous le savons tous, la GPA est interdite en France (qui sait pour combien de temps encore ! ) et donc logiquement, le fait de faire concevoir un enfant par GPA à l’étranger puis de le ramener en France, constitue un délit. Or un problème subsiste : quel statut, quelle situation juridique est celle de ces enfants ? C’est ici qu’intervient la CEDH faisant fi des droits de l’enfants pour mieux exercer ceux des « hommes ». Plutôt que de lutter contre les fraudes à la loi sur la GPA, plutôt que de défendre la famille, l’éthique et la loi naturelle, l’Europe préfère condamner le refus de la France de reconnaître la filiation des enfants nés par mère porteuse à l’étranger. 

« Cette condamnation par la Cour européenne nous oblige, en quelque sorte, à «fermer les yeux» en cas de recours une GPA à l’étranger. Vous pouvez désormais aller tranquillement à l’étranger vous acheter un enfant, la Cour européenne vous assure le service après-vente. » ironise le Figaro.

Autrement dit : puisque la fraude est difficile à gérer, légalisons-la ! Bienvenue dans l’UE !

 

Marie de Remoncourt