Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/07/2014

« Où trouver l’élément fédérateur de nos actions? Pourquoi nos idées ne mènent-elles pas le monde ? »

Jean Ousset dans les principes fondamentaux de son livre l'Action, explique comment l’unité d’un même esprit, une intelligence pratique de l’action permet de libérer les initiatives à condition de disposer des hommes formés et des outils en fonction des circonstances.

 

« Pour précieuses que soient, en effet, la diversité, la pluralité nécessaire, nous ne pouvons sous-estimer l’importance de l’union et de l’unité…

 

Mais ce fédérateur comment l’imaginer ? Quel peut-il être au degré où désormais se déroule le combat ? Combat national… et, plus que jamais, international ! Combat multiforme : philosophique et paysan ; théologique et professionnel ; culturel ; ouvrier ; familial ; scolaire, etc…

 

Ce qui explique notre scepticisme sur une synchronisation de l’action type : grand chef…

Reste la formule « concertation d’un ensemble de chefs », qui, elle au moins, sauvegarde la souplesse, la variété indispensable. L’ennui est que la formule est fragile, d’une psychologie capricieuse. La concertation pouvant être facile aujourd’hui, impossible le lendemain…

 

On le voit donc, le secret de l’union a peu de chances de se trouver dans la vertu d’une formule matérielle…Ce qui implique une communauté spirituelle, intellectuelle et morale suffisante…

 

Nous croyons, simplement, que l’élément synchronisateur doit être cherché dans l’unité d’un même esprit ! …. Dans l’établissement d’un « consensus »… autour d’un certain style d’action, d’une certaine méthode… Avec la formation que cela implique d’un certain nombre de diffuseurs, d’instructeurs de ce nouveau style d’action.

 

Elite répandue … qui, sachant voir les choses d’assez haut, « pense » l’action avec le constant souci de l’union à réaliser, autant que la diversité à maintenir…

 

Apôtres persuadés qu’ils n’ont besoin d’aucun « mandat », d’aucun « ordre à recevoir », pour faire progresser la vérité, pour se sentir responsables, pour prendre des initiatives…

Action salvatrice d’une vérité cimenteuse pénétrant tout. Car si l’erreur est innombrable et diviseuse, la vérité est une et unifiante. Il s’agit donc moins, ici, d’une proclamation magistrale du vrai que de sa diffusion, de sa libre circulation, de sa profonde pénétration…

 

Il faut que la vérité, mieux diffusée, plus clairement professée devienne la règle de notre jeu. ..  La mauvaise qualité de notre union, comme de notre action, correspond à la mauvaise qualité de notre « consensus » doctrinal.

 

*   *

D’où l’importance de cet élément coordinateur privilégié qu’est : l’action doctrinale, sinon culturelle… Elle ne consiste pas qu’à lancer des idées… elle consiste à les accompagner...

Elle est l’organisation pratique de cette circulation vivifiante, fortifiante de la vérité indispensable en chaque réseau social… Elle a pour but d’offrir à chacun le moyen de décupler la force du moteur de son action en y mettant cet élément de surpuissance… que peut être une intelligence plus pratique de l’action envisagée.

…Sa fin essentielle est la valorisation des activités sociales ou politiques par communications permanentes du surcroît de lumière et de force que ne peut manquer d’apporter, en tout domaine, une intelligence harmonieuse de l’ordre naturel et chrétien.

 

C’est par là qu’elle est, qu’elle peut être, qu’elle doit être – avec la concertation de chefs dont nous avons parlé plus haut – le plus sûr, le plus grand élément de notre unité.

 

[Mais] …s’il est vrai que « les idées mènent le monde », il est plus juste encore de faire observer qu’on ne peut dire cela de toutes les idées. Le plus grand nombre de ces dernières ne mènent rien du tout…

 

Pourquoi tant d’idées ne mènent rien du tout ? Et plus particulièrement les nôtres en ce moment ?

 

… Les idées ne se soutiennent pas par leur simple vertu …elles sont semblables aux meilleurs outils qui n’ont jamais rien accompli et n’accompliront jamais rien si quelque ouvrier ne les meut.

 

Tant qu’une idée, bonne ou mauvaise, ne trouve pas une armée pour la servir, elle reste sans effet.

 

D’où l’importance des hommes.

 

Mais, à leur tour, que peuvent-ils s’ils sont livrés à leur seule force, sans outils, sans méthode de travail ou d’action ?

 

Et que peuvent même les hommes courageux, méthodiques et bien outillés, s’ils refusent de prendre garde aux circonstances de lieu, de temps, etc.

Hommes. Outils. Circonstances.

 

En réalité ces domaines se compénètrent ... leur interaction détermine et déterminera toujours ce qu’il y a de plus important dans l’action.

 

  • D’abord… les hommes, les personnes, les réseaux sociaux. Autrement dit, les agents de l’action, les « agissants », les exécutants.
  • Ensuite… l’instrument, l’outil, les techniques, les méthodes d’action.
  • Enfin… les circonstances, l’événement, les conditions de temps et de lieu ».

 

.

Lire et télécharger dans son intégralité le premier chapitre de l'Action de Jean Ousset.

 

Au moment où des français se lèvent pour défendre la dignité de toutes les personnes et de toute la personne, en particulier des plus fragiles, que faire pour une action durable ? Ce livre est un maître livre pour bien penser l’action en fonction du but poursuivi. Tout homme ou femme d’action le lira avec profit pour inspirer son engagement. Jean Ousset est le premier en effet à avoir méthodiquement formalisé une doctrine de l'action culturelle, politique et sociale à la lumière de l'enseignement de l'Eglise pour, concrètement répondre au mal par le bien. Action de personne à personne et actions multiformes en réseau, ses intuitions sont mises en œuvre magnifiquement dans l'utilisation d'internet. A l'encontre des pratiques révolutionnaires et de la dialectique partisane, si l'amitié est le but de la politique, Jean Ousset nous montre comment pour agir en responsable, l'amitié en est aussi le chemin.

 

Le Salon Beige

09:34 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

17/06/2014

« On peut guérir de l’autisme ! » (Dr Tinus Smits) – par Laurent Glauzy

Un enfant sur cent naît autiste ! Cette vraie pandémie atteint dans certains États des chiffres alarmants d’un enfant sur quatre-vingt, voire sur cinquante naissances. L’autisme est un désordre neurologique du développement. Considéré comme « incurable » par la médecine allopathique et conventionnelle, elle plonge les parents dans le plus grand désarroi.

Tinus Smits, médecin néerlandais, décédé en 2010 à l’âge de soixante-sept ans, est l’auteur du livre Autisme is te genezen (l’autisme est à guérir) publié en italien sous le titre Autismo, oltre la disperazione (Autisme, au-delà désespoir) et en anglais, Autism, beyond despair. Cet ouvrage, qui contredit toutes les affirmations de la médecine traditionnelle à la solde des laboratoires et des puissances financières, au plus grand mépris de la santé, n’a pas été traduit en français. Pourtant, les explications du Dr Tinus Smits qui fonde son argumentation sur le traitement de plus de trois cents patients atteints d’autisme constitue un réel espoir. Ce médecin spécialisé dans l’homéopathie, parle sans demi-terme de guérison.

Le présent article est un entretien posthume réalisé à partir du best-seller du Dr Tinus Smits Autisme is te genezen et du site officiel géré par des collègues médecins qui, encore aujourd’hui, défendent et s’inspirent de ses travaux (cease-therapy.com), constituant une réelle voie d’espoir.

 

Cher Dr Tinus Smits, quand s’est manifesté votre intérêt pour l’autisme ?

Mon intérêt pour l’autisme est venu de la première expérience de désintoxication des enfants, victimes des vaccins. J’ai constaté que les enfants autistes souffraient de troubles de l’attention. Ils font preuve d’hyperactivité, d’altérations de l’humeur et d’agressivité. En désintoxiquant l’organisme des vaccins reçus, on obtient une guérison complète.

Quelles sont les causes de l’autisme ?

J’ai rejoint cette conclusion après avoir utilisé la thérapie homéopathique C.E.A.S.E. sur des cas d’autisme de différents niveaux de gravité. Mon espérance m’a porté à déduire que l’autisme est une pathologie multifactorielle, imputable à 70 % aux vaccins, à 25 % à l’administration de médicaments ou d’autres substances toxiques, surtout durant la grossesse. Ce n’est que dans 5 % des cas que ce trouble est engendré par des pathologies organiques.

L’autisme est déterminé par une accumulation de différentes substances toxiques, mais aussi par des traumatismes. Je dirai qu’il ne résulte pas d’un dommage permanent du tissu cérébral. Il s’agit seulement d’un blocage qui rend impossible le fonctionnement normal et correct du cerveau. Ce n’est pas une pathologie physique, mais une pathologie du déséquilibre du fonctionnement cérébral normal et réversible !

Vous avez parlé de la thérapie CEASE : qu’est-ce que cela signifie exactement ?

Littéralement, la thérapie C.E.A.S.E. (Complete Elimination of Autistic Spectrum Expression) signifie « Élimination complète des expressions du spectre autistique ». Quand une substance chimique et toxique est suspectée d’être la cause principale du développement de troubles autistiques, cette thérapie consiste à employer ce même produit en dilution homéopathique.

Si la cause de l’autisme a été, par exemple, la vaccination trivalente contre la rougeole, les oreillons, la rubéole, administreriez-vous alors à un bébé le vaccin du R.O.R. en dose homéopathique ?

Exactement. Cette méthode est connue en homéopathie sous le terme d’isothérapie. L’isothérapie est une nouvelle technique, qui consiste à utiliser la substance - rendue homéopathique grâce des procédés spécifiques de dilution et de succussion - ayant causé un dommage toxicologique. Pour comprendre comment agit la désintoxication, nous devons considérer que les maladies ne sont pas seulement provoquées par des substances bactériennes ou virales, comme se borne à le croire la médecine conventionnelle. En fait, chaque substance peut laisser une empreinte dans le champ énergétique d’une personne.

En pratique, le produit isothérapique annulera l’empreinte énergétique de la substance qui a causé le dommage ?

Absolument. Une fois la substance énergétique annulée, la guérison se produit spontanément. À ce stade de nos recherches, nous affirmons que cette substance énergétique peut dériver d’un dommage direct et physique de la personne dû à un vaccin, à une maladie, à des traumatismes émotionnels, etc. Cette substance peut également avoir été transmise au fœtus par les parents. Voilà pourquoi il est très important que les femmes enceintes aient une bonne hygiène de vie.

Quelles sont les doses homéopathiques utilisées dans l’Isothérapie ?

Si nous suspectons que les dommages sont dus à un vaccin, un médicament ou une substance chimique spécifique, nous pouvons administrer le vaccin, le médicament ou la substance chimique incriminée aux doses de 30ch, voire de 200ch.

Comment faites-vous pour savoir si le remède administré est correct ?

Il est important d’observer les réactions de l’enfant. Si les dommages sont effectivement dus à un vaccin ou à un médicament, il aura des réactions significatives au traitement. L’enfant manifestera les mêmes symptômes qu’il a eus quand il a reçu ce vaccin ou ce médicament pour la première fois. Il peut avoir une sécrétion muqueuse du nez, des oreilles ou de la gorge, mais aussi des diarrhées, des urines troubles et des odeurs désagréables, des éruptions cutanées et de la fièvre. Ces éliminations très importantes ne doivent jamais être supprimées, parce qu’elles font partie du processus fondamental d’élimination toxique et de guérison.

Que peut-on conseiller aux personnes qui lisent cet article ?

Afin d’éviter les risques d’autisme, il est nécessaire d’éviter tous les médicaments durant la grossesse et dans les deux premières années de la vie de l’enfant. Le fœtus et le nouveau-né ne sont pas en mesure de métaboliser de manière adéquate les substances toxiques. C’est pourquoi les enfants ne devraient pas être vaccinés, surtout durant les premières années. Il faut aussi veiller à ce que l’enfant grandisse dans un environnement aussi sain que possible.

Une alimentation saine est également essentielle ?

Une alimentation saine apportera les acides gras polyinsaturés (Omega-3 et Omega-6) qui jouent un rôle fondamental dans la formation et le bon fonctionnement du cerveau et du développement émotionnel normal. Toutes les substances toxiques comme le gluten et le sucre multiplient par trois l’insuline produite par le pancréas, et déclenchent un phénomène de dépendance amenant à une plus grande consommation de nourriture. Le sucre raffiné génère cet état de dépendance.

Comment expliquer les réels dangers du sucre raffiné ?

Dans les années 1900, en moyenne, chaque personne consommait un kilogramme de sucre. Aujourd’hui, ce comportement alimentaire a été bouleversé : chaque personne consomme en moyenne soixante-dix kilogrammes de sucre raffiné par an. Tous les nouveau-nés autistes, ayant des problèmes de comportement, les enfants agressifs, etc., devraient éliminer entièrement le sucre de leur régime alimentaire. Le sucre que le corps digère bien est le glucose. Le saccharose par exemple n’est pas absorbé par l’intestin. L’équilibre des bactéries indispensables de l’appareil digestif est ainsi gravement altéré. Ces bactéries, qui se nourrissent de sucre raffiné, entrent en masse dans l’intestin et causent des irritations intestinales et la production de mucus et de diarrhées.

Qu’est ce que la métallothionéine?

Cette protéine représente notre première ligne de défense contre les métaux lourds. Elle est présente dans la bouche, l’estomac et surtout dans l’intestin. Quand elle est présente en quantité suffisante dans l’intestin, les métaux lourds comme le mercure, l’aluminium et le plomb se lient à cette protéine en les échangeant contre des ions de zinc. En effet, les enzymes qui métabolisent la caséine et le gluten ont besoin du zinc pour leur fonctionnement. C’est pourquoi une carence en métallothionéine entraînera de facto une carence de l’enzyme permettant de décomposer la caséine et le gluten. Si la métallothionéine ne fonctionne pas, à cause d’un manque de zinc, le mercure, le plomb ou l’aluminium et autres métaux lourds finissent dans le sang et dans le cerveau. De plus, la métallothionéine protège contre les infections intestinales observées chez les nouveau-nés autistes. D’après l’Institut Pfeiffer, le dysfonctionnement de la métallothionéine explique le fait que les garçons soient davantage sujets aux troubles du spectre autistique. En fait, les filles seraient plus protégées des substances toxiques externes parce que les œstrogènes et la progestérone stimulent la production de métallothionéine.

Que pensez-vous des vaccins pédiatriques ?

Les métaux lourds injectés dans les vaccins, comme l’aluminium et le mercure, franchissent les barrières de défense de notre organisme et intoxiquent directement le corps. De tels métaux pénètrent dans le cerveau, malgré la protection de la membrane hémato-encéphalique. À ce phénomène, il faut ajouter les métaux stockés dans l’organisme par l’alimentation, l’air et l’eau. D’après l’Institut Pfeiffer, le mercure ingéré quotidiennement au travers de la nourriture se monte à environ vingt microgrammes. Les personnes qui ont des plombages ingèrent une quantité de mercure plus importante : de 1 mcg / par jour pour un vieil amalgame à 450 mcg / jour pour un amalgame récent.

Il serait de la plus grande prudence de n’administrer aucun vaccin avant l’âge de deux ans. D’ailleurs, en 1975, le Japon a interrompu la vaccination des enfants de moins de deux ans. Grâce à cette décision, ce pays connaît le plus bas taux de mortalité au monde pour les enfants en bas âge. Plus un enfant assimile de médicaments durant ses premières années, plus il risque de devenir autiste. Cela vaut aussi et surtout pour la période de la grossesse et pour l’accouchement.

L’autisme est un dérangement typique causé par une accumulation toxique. En plus des vaccins, d’autres substances comme les sprays pour le nez, les antibiotiques, les antiacides antiépileptiques, la fumée, l’anesthésie pour l’avortement, l’aspartame, le glutamate, le bisphénol A, favorisent le développement de l’autisme.

En conclusion, Dr Smits, les enfants autistes sont-ils condamnés pour le reste de leur vie ? Auront-ils besoin d’une assistance ?

Je le répète. Tous les enfants autistes peuvent être guéris à 100 % et retrouver une vie normale, sans recourir à une quelconque assistance.

Il n’est plus possible de remercier le docteur Smits pour ses recherches à contre courant de la médecine officielle. Loin des grands médias, ses études et ses témoignages ont aidé des centaines de milliers d’enfants et redonné espoir aux parents.
En Italie, le Dr Roberto Gava, médecin toxicologue, pharmacologue et homéopathe de Padova, qui a composé la préface de la version italienne du livre du Dr Tinus Smits, a repris ses travaux. Selon lui, les plus récentes études épidémiologiques révèlent une augmentation annuelle des cas autistiques de 10 à 17 %. Cette pathologie extrêmement grave devient de plus en plus commune. Le Dr Gava reconnaît que la thérapie C.E.A.S.E. n’est pas sans effet secondaire. Il observe que les réactions, qui se manifestent un à deux jours après la prise de doses homéopathiques, durent de quatre à dix jours. Elles peuvent provoquer plusieurs troubles : dermatites, fièvre, pathologies des voies respiratoires, perturbations intestinales et nervosité.

Ces réactions prouvent que le vaccin administré à l’enfant était bien responsable de ses dommages organiques. La thérapie homéopathique C.E.A.S.E. de Tinus Smits permet de diagnostiquer et de guérir en même temps les dommages causés par un vaccin ou un médicament. En principe, les réactions qui se produisent après l’administration de l’homéopathie sont toujours supportables par l’enfant. Lors de ses conférences, le Dr Gava constate que le traitement homéopathique a toujours amélioré l’état des enfants autistes. Les enfants qui ne parlaient pas ont commencé à s’exprimer, et ceux qui étaient immobiles ont commencé à marcher. Dans chaque cas, leur niveau comportemental a été nettement amélioré.

Certains, cependant, n’ont aucune réaction à la thérapie. Le Dr Tinus Smits explique dans son livre que l’histoire de l’enfant doit être réexaminée, afin d’identifier la vraie cause qui, avant et après sa naissance, a altéré l’équilibre psycho-neuro-endocrino-immulogique. Ces connaissances sont soutenues dans le livre traduit en français du Dr Harry van der Zee, un ami de Tinus Smits, Traumas de naissance.

Laurent Glauzy

Laurent Glauzy est l’auteur de :
Témoins de Jéhovah, les missionnaires de Satan
Illuminati. « De l’industrie du Rock à Walt Disney : les arcanes du satanisme ».
Karl Lueger, le maire rebelle de la Vienne impériale
Atlas de géopolitique révisée, tome I
Atlas de géopolitique révisée, tome II
Chine, l’empire de la barbarie
Extra-terrestres, les messagers du New-Age
Le mystère de la race des géants

 

09:09 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

10/06/2014

Affiche Leclerc

 
 
 
 

 l’AGRIF dénonce sa « perversité »

 

 

 

Voici un communiqué d’hier de l’AGRIF sur l’affiche triviale et scandaleuse des Espaces Culturels Leclerc, qui annonce une initiative.

 

 

 

L’AGRIF condamne la perversité de la manière avec laquelle l’entreprise Leclerc fait la promotion de ses produits dans le métro parisien. Une fois de plus, on use de la dérision antichrétienne pour nous camper un tableau où l’on voit le Christ attablé et l’inscription : « Ok, c’est moi qui coupe le poulet ? ». Cela constitue indéniablement une dégradation radicale de l’image de marque « Leclerc », et nous sommes certains que les chrétiens, bafoués dans leurs convictions, sauront en tirer les conclusions qui s’imposent… L’AGRIF va saisir la régie publicitaire de la RATP et le service marketing Leclerc à propos de ces insultes à caractère discriminatoire qui portent atteinte au respect dû aux convictions religieuses. Nous invitons les militants de l’AGRIF et tous les chrétiens à exprimer leur indignation auprès de cette entreprise jadis connue pour son caractère social-chrétien voulu par son fondateur. Pour contacter le service Marketing de Leclerc : 01 49 87 41 55

 

 

Source : AGRIF

 

 

j’apprends qu’on peut toucher la chaîne Leclerc par courriel. C’est ici !

 

 

- See more at: http://www.christianophobie.fr/communique/affiche-leclerc-lagrif-denonce-sa-perversite#sthash.0bk8r4p8.dpuf

10:25 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

06/06/2014

Quelles leçons pour l’action prendre chez nos adversaires ?

 

Pour Jean Ousset dans les principes fondamentaux de son livre l'Action,  on ne peut combattre la subversion avec les moyens qu’elle emploie. Mais les révolutionnaires nous donnent l’exemple d’actions coordonnées, sans structure unique, rigide et vulnérable qui les englobe.

 

L’erreur n’est-elle pas fréquente d’employer au service d’une fin des méthodes ou des moyens pratiquement conçus pour une fin contraire ? Est-il surprenant que les résultats soient décevants ?

A penser l’action sans prendre garde à la fin spécifique des méthodes qu’on préconise, on ne peut que favoriser en effet ce culte du pragmatisme-roi, qui constitue l’essentiel du marxisme…

 

Agir comme les marxistes ? C’est déjà être marxiste. Même si l’on combat le marxisme….

Ce qui pourrait nous être une leçon nous est, par contre, fort mal connu, c’est-à-dire le souci d’un travail en profondeur ; un sens aigu de l’action par les idées ; un très grand soin dans la formation des cadres, une volonté, ridicule tant elle est extrême, (caractéristique pourtant) de « penser » l’action « scientifiquement »…

 

 

C’est le seul profit que nous puissions tirer de l’exemple révolutionnaire. Un profit d’émulation, d’excitation, d’alerte. L’analogie d’une certaine ardeur…

Sans oublier telles pages de Mao-Tsé-Toung qui n’ont rien de spécifiquement subversif au contraire !

 

Dans ces pages sont impitoyablement dénoncés l’élan anarchique, l’irréflexion, l’imprudence, le subjectivisme dans l’action, l’aventurisme, le putchisme ! Combien nous serait profitable la lecture de ces chapitres de Mao !

Autant de faits, non essentiellement révolutionnaires, dont nous aurions intérêt à tirer profit, mais auxquels nous refusons de prendre garde.

 

Ce qui fait que nous ignorons… et la doctrine d’action qui devrait être la nôtre… et ce qui pourrait, quand même, nous éclairer dans l’exemple de l’adversaire.

 

Reste qu’on ne saurait s’y prendre pour construire comme on s’y prend pour démolir.

Car la Révolution, elle, démolit, en ce sens qu’elle dialectise, exploite, entretient, provoque les contradictions sociales. Telle est l’action normale de la Révolution. Action qui tend à réaliser un déboisement social. Action niveleuse, atomisante, par étouffement progressif des corps intermédiaires. Action qui n’a cessé d’ouvrir les voies à un totalitarisme d’Etat plus tyrannique chaque jour…

 

D’où le propos de Joseph de Maistre sur la contre-Révolution : « Elle doit être le contraire de la Révolution. Non une révolution contraire. C’est dire qu’il lui faut renouer les liens sociaux au lieu de les briser, qu’elle doit exercer une action coordinatrice en sens inverse de l’action désorganisatrice de la Révolution ».

 

Ce qui dispense d’insister pour faire entendre qu’une pareille opposition, dans l’ordre des FINS, interdit, dans l’ordre des MOYENS, l’emploi des mêmes façons d’agir.

 

 

Lire et télécharger dans son intégralité le premier chapitre de l'Action de Jean Ousset.

 

Au moment où des Français se lèvent pour défendre la dignité de toutes les personnes et de toute la personne, en particulier des plus fragiles, que faire pour une action durable ? Ce livre est un maître livre pour bien penser l’action en fonction du but poursuivi. Tout homme ou femme d’action le lira avec profit pour inspirer son engagement. Jean Ousset est le premier en effet à avoir méthodiquement formalisé une doctrine de l'action culturelle, politique et sociale à la lumière de l'enseignement de l'Eglise pour, concrètement répondre au mal par le bien. Action de personne à personne et actions multiformes en réseau, ses intuitions sont mises en œuvre magnifiquement dans l'utilisation d'internet. A l'encontre des pratiques révolutionnaires et de la dialectique partisane, si l'amitié est le but de la politique, Jean Ousset nous montre comment pour agir en responsable, l'amitié en est aussi le chemin.

 

Le Salon Beige

 

09:43 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

23/05/2014

Le triste sort des chrétiens: dans le monde

 

 
 


 
En ce moitié d’année 2014, le bilan de l’année 2013 est assez triste pour les chrétiens dans le monde. S’il faut saluer l’excellent travail réalisé par l’équipe de l’Observatoire de la christianophobie, c’est par quelques chiffres affligeants que nous commençons cette nouvelle année. En 2013, ce ne sont pas moins de vingt deux opérateurs pastoraux, dont dix neuf prêtres et deux religieuses qui ont été tués, soit près de deux fois plus qu’en 2012. L’Amérique du Sud, l’Afrique, l’Inde, le Proche Orient, les Philippines et l’Italie sont concernés par ces meurtres.

 

 

 

 

En dehors des opérateurs pastoraux, la situation s’est considérablement détériorée pour les chrétiens en 2013

En Syrie, en Irak (photo ci-contre), en Egypte (photo en Une) et plus généralement dans le monde musulman, les populations chrétiennes pâtissent de l’influence grandissante des organisations islamistes et de la barbarie des conflits locaux.

 

C’est aussi le cas en Corée du Nord. Globalement, l’épiscopat estime à plus de 170.000 le nombre de personnes tuées en 2013 car chrétiennes ou assimilées. Pire encore, les fêtes de Noël ont à nouveau été l’occasion pour des terroristes hindouistes de brûler une église et des habitations de chrétiens au Népal, et pour les milices nigérienne, syrienne ou soudanaise d’assassiner des chrétiens.

 

Ce terrible bilan épargne-t-il l’Europe ?

Pour l’instant il est exact que le nombre d’assassinats de chrétiens est heureusement faible en Europe. Cependant, la violence se déchaîne de plus en plus contre la religion catholique, avec l’émergence de mouvements largement subventionnés comme les Femen, complaisamment décrites par les médias de l’oligarchie. De même, les profanations d’églises sont toujours plus fréquentes et rarement condamnées comme dernièrement à Malaga en Espagne, mais aussi à Paris où l’église de la Madeleine a été souillée en toute impunité. Des crèches ont aussi été saccagées en Hongrie et en Belgique.

10:03 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)